Bernard Litzler

Il faut sauver Noël!

Promenez-vous à Lausanne et vous en serez convaincus. Noël n’est plus Noël. Il y une dizaine d’années encore, la ville offrait le spectacle d’une crèche vivante, avec de vrais chameaux portant des mages venus s’incliner devant le nouveau-né de Bethléem. Cette année, le festival Lumières vient éclairer, à l’aide de copies géantes de lampes de poche, la nuit devenue soudain vide de sens.

Noël n’est plus Noël. Ou plutôt Noël n’a plus le sens de Nativité. Certes, les rues sont illuminées, les chalets temporaires fleurissent, les commerces tournent. Mais quelle place pour la naissance de Dieu fait homme? Dieu venu à notre rencontre cherche un lieu où demeurer. Ce ne sera pas dans l’espace public lausannois, en tout cas.

«La naissance du Christ est gommée de l’espace public et reléguée aux églises»

Oui Noël, mot magique qui recèle la candeur de l’enfance, mais plus encore le mystère inouï d’un Dieu qui s’abaisse, Noël perd de son lustre. Le vernis culturel attaché à la fête résiste, certes. Mais la fête, prisée et honorée, à raison, dans bien des familles, n’a plus ce goût d’éternité. Il reste l’envie de faire plaisir, une frénésie de cadeaux, l’ouverture au don. Cela reste appréciable, comme l’a prouvée la belle opération Cœur à Cœur de la RTS. Mais le don ultime, celui de Dieu qui vient épouser la condition des hommes, n’est plus perçu.

La naissance du Christ est gommée de l’espace public et reléguée aux églises. «Chrétiens, restez chez vous», deviendrait presque le nouveau mot d’ordre. Or Dieu vient précisément bousculer ces retenues. Si l’Incarnation a un sens, elle a aussi un avenir, même dans un monde qui ne la reconnaît pas ou plus.

La crèche est un espace ouvert sur la vie. Et Dieu, dans ce format enfant, vient rejoindre tous ses enfants. La famille est large et l’enfant qui tend les bras à Bethléem les ouvrira aussi, comme adulte, sur le Golgotha en criant: «J’ai soif!». De notre réponse dépend la survie de Noël. Dieu se fait homme, mais y croyons-nous vraiment ? Il faut sauver Noël.

Bernard Litzler

23 décembre 2019

23 décembre 2019 | 11:39
par Bernard Litzler
Crèche (23), Noël (157)
Partagez!