En mai 1618, la défenestration de Prague provoqua la Guerre de Trente ans
Blog
En mai 1618, la défenestration de Prague provoqua la Guerre de Trente ans

Petites causes...grands effets


Guy Musy | Les Allemands célèbrent ( ?) cette année le quatre centième anniversaire du début des hostilités de la Guerre de Trente Ans (1618 – 1648). Un conflit d’origine confessionnelle qui ravagea leur territoire, mais aussi le nord et l’est de la France, ainsi que les Pays-Bas. Une guerre qui vit intervenir les Danois et les Suédois, sans oublier les autres nations européennes qui, sans être envahies, soutenaient l’un ou l’autre parti. Le résultat fut un cumul d’horreurs et de barbaries, indignes de ces prétendus chrétiens dont la religion servait de prétexte aux ambitions…

Ce fut un incident mineur qui mit le feu aux poudres, le jour où à Prague les émissaires impériaux furent défenestrés et ne durent la vie sauve qu’à un coussin d’immondices et de détritus opportunément placé sur la trajectoire de leur chute. En 1914, à Sarajevo, un prince impérial de la même dynastie perdit sa vie dans un attentat. Sa mort suffit à enflammer l’Europe entière et à redessiner quelques années plus tard la carte du monde. Au Rwanda, en 1994, le crash de l’avion présidentiel entraîna le massacre de près d’un million de personnes. Petites causes aux effets incalculables. Personne n’a eu le courage ou la volonté d’éteindre la mèche avant que ne se produise l’explosion.

“Quand une seule âme s’élève, elle élève le monde avec elle”

Bien sûr, ces “incidents” déclencheurs de guerres et de misères ne sont que la pointe de l’iceberg qui se cache en profondeur. C’est en amont qu’il faut donc agir et éteindre le désir fou du pouvoir, de l’argent ou de la suprématie religieuse. Je relis dans ma Bible ces versets éclairants de ce bon vieux Jacques, excellent connaisseur de l’âme humaine : “Chacun est tenté par sa propre convoitise qui l’entraîne et le séduit. Une fois fécondée, la convoitise enfante le péché. Et le péché arrivé à la maturité engendre la mort” (Jacques 1,14-15). Jésus tenait le même discours, quand il disait que c’est du cœur de l’homme que sort le meilleur et le pire. En d’autres termes, la conduite morale individuelle est la matrice de tous les conflits meurtriers, mais aussi de toutes les révolutions de l’amour qui font le bonheur de l’humanité.

Un mystique de jadis écrivait: “Quand une seule âme s’élève, elle élève le monde avec elle”. Et quand elle s’abaisse, oserais-je ajouter, elle génère un mal qui par vagues successives pervertit et dégrade notre univers. Nous voici donc tous et toutes concernés et interpellés. Rien ne sert d’agiter de belles déclarations d’intention, si le cœur n’est pas à l’unisson.

Guy Musy

30 mai 2018

Guy Musy

Le Frère Guy Musy est né en 1936 à dans le canton de Fribourg. Entré dans l'ordre des Frères Prêcheurs en 1956, il accomplit ses études de théologie en Belgique puis en Suisse. Ordonné prêtre en 1962, il poursuit ses études à la Faculté évangélique de l’Université d’Heidelberg, avant d’être rappelé en Suisse pour prendre en charge l’aumônerie catholique de l’Université de Lausanne.

En 1970, il répond à un appel de ses supérieurs qui l’envoient au Rwanda. Il y demeurera quelques vingt ans durant lesquels ils assumera différents ministères: aumônier à l'Université nationale de Butare, puis en milieu populaire à Kigali, mais aussi responsable de la Caritas de la capitale du Rwanda.

De retour à Genève en 1989, entre autres activités, il enseigne à l’Atelier Œcuménique de Théologie et à l’Ecole de la Foi de Fribourg. Passionné d’écriture – il a déjà publié quatre volumes de ses «mémoires» – il collabore notamment, depuis plus de vingt ans, au périodique romand «L’Echo-Magazine». Enfin, il continue d’assumer depuis plusieurs années la charge de rédacteur responsable de la revue dominicaine «Sources».

Auteur
Dernières publications
Yvan Stern reçoit le prix catholique suisse de la communication en 1997 | DR
Quel avenir pour les crucifix dans les lieux publics? | © Frank/Flickr/CC BY-NC 2.0