Le chanoine Jean-Paul Amoos (1942-2018), de l'Abbaye de St-Maurice | © Pierre Pistoletti
Blog
Le chanoine Jean-Paul Amoos (1942-2018), de l'Abbaye de St-Maurice | © Pierre Pistoletti

Rendre hommage à un fleuve


Comment rendre hommage aux torrents des montagnes, aux rivières des vallées, aux fleuves des plaines et aux lents estuaires qui se jettent dans la mer ? Jean-Paul Amoos (1942-2018) est tout cela pour moi.

Il était professeur de dactylographie au Collège de l’Abbaye, lorsque j’ai croisé son regard pétillant que la lourde vitre de ses lunettes et sa voix grave semblaient dompter. C’était un homme, un prêtre, dont la rencontre en profondeur marque à jamais des jeunes qui doivent se coltiner la vie réelle après des enfances assez protégées. De la neige des hauteurs valaisannes derrière son Venthône, le torrent portait toujours le scintillement simple: pas d’artifice en lui, pas de dogmatisme ou d’intellectualisme mal placés, mais simplement la vie à servir et une foi à partager.

“La vie l’avait fait particulièrement doué d’une écoute active et bienveillante”

Plus tard, le torrent était devenu une rivière dans les effervescences des multiples activités. A l’internat du collège, c’est à lui que j’ai demandé d’accompagner les germinations de ma vocation. Il m’a laissé très libre de mes choix et après quelques mois, l’ayant retrouvé comme maître des novices à l’Abbaye, je lui sus gré d’avoir toujours respecté les mouvements qui parcouraient mon courant à moi.

La vie l’avait fait particulièrement doué d’une écoute active et bienveillante qui fait la richesse du compagnonnage catholique et des communautés religieuses. Ainsi fut-il un Père-maître en même temps qu’un aumônier de collège hors-norme, autant délicat dans l’écoute que déroutant dans des dires à l’emporte-pièce. Il ne nous laissait pas en place. Avec lui il fallait avancer.

Lorsqu’en 1995, notre communauté nous a demandé de prendre en tandem la direction du Lycée-Collège de l’Abbaye, j’avais à mes côtés, dans le pro-recteur Jean-Paul, un fleuve dynamique et solide. Les fraternelles discussions qui nous avions ensemble nous ont permis d’affronter tant bien que mal les défis difficiles et passionnants de ce monde scolaire si riche d’espérances diverses.

“Il a porté des responsabilités jusqu’au bout”

Il y a des fleuves qui ne se jettent pas à la mer tout d’un coup. Il y a des estuaires de patience, de souffrance, d’endurance, où il faut laisser les eaux de la vie se mélanger lentement à d’autres Eaux… Toujours extrêmement présent à sa communauté abbatiale, dont il a porté des responsabilités jusqu’au bout, Jean-Paul a été, pendant les longues années de lutte contre la maladie et les laminages physiques et psychiques, cet estuaire de persévérance où tout s’élargissait mystérieusement et s’affinait dans le dépouillement et la lenteur.

Comment rendre hommage à un tel fleuve? En regardant avec plus de lucidité l’Océan qui nous attend au bout de nos rives.

 

Guy Luisier | 6 février 2018

Guy Luisier

Je suis prêtre catholique de l’Abbaye de Saint-Maurice en Suisse. J’ai la chance de vivre un engagement humain et chrétien sur trois continents. Quelques mois par année, je travaille dans les paroisses qui entourent mon abbaye. Le reste du temps je vis dans la savane de la RD Congo. D’autre part, sur le continent numérique (FB et blogs) et de la communication (livres, articles), je suis intéressé à promouvoir une présence humaniste et chrétienne, ouverte et décontractée.

Voir aussi: Regard oblique

Auteur
Dernières publications
"Un petit garçon débite admirablement la mélodie sur fond de Congo enchanteur" (Photo: Guy Luisier)
"Je récolte les piles usagées de notre maison kasaïenne et je les ramène en Europe" | © Guy Luisier