Lourdes célébre en 2018 les 160 ans des apparitions de la Vierge | © Pierre Pistoletti
Blog
Lourdes célébre en 2018 les 160 ans des apparitions de la Vierge | © Pierre Pistoletti

Voyants et prophètes


Guy Musy | Il est possible que les propos qui suivent puissent heurter la sensibilité de quelques croyants. Sans ne rien devoir au film “L’Apparition” qui ces jours crève nos écrans, je ne peux m’empêcher de livrer quelques réflexions personnelles sur ce sujet discuté et même disputé.

Quel enfant pieux, dûment catéchisé – à l’ancienne ! – n’a pas un jour rêvé de bénéficier de l’apparition d’un être céleste? A l’exemple de ces petits voyants et voyantes dont un bon curé d’autrefois lisait la fascinante histoire lors de la méditation du “Mois de Marie”. L’Eglise, il est vrai, n’a pas toujours examiné ces faits avec toute la prudence requise. Et même quand elle l’aurait fait selon toutes les règles de l’art, elle ne peut formuler un jugement définitif et péremptoire sur l’authenticité de ces phénomènes mystérieux qui la dépassent. Tout au plus, elle ne se prononce que sur le comportement plus ou moins fiable des prétendus voyants et sur la légitimité d’un culte à tel ou tel endroit.

Puis-je faire part d’une confidence? Il m’arrive de faire le pèlerinage de Lourdes  – mais oui! – mais sans m’interroger si Marie est bien apparue à Bernadette dans la grotte de Massabielle. Il me suffit de la savoir là où je la prie. Et si ma foi ne suffit pas, il y a celle de centaines de malades et de gens valides qui confirment à mes côtés sa présence. Marie est à Lourdes quand on la prie.

“Regardons la lune plutôt que le doigt qui l’indique”

Et alors, ces petits bergers et bergères qui affirment l’avoir vue? Ce sont des prophètes, comme ceux de la Bible. Ils nous rappellent, sous des formes étranges, des vérités coutumières et essentielles. Plus que le décor qui l’enveloppe, c’est donc le message qui est important. Ne nous trompons pas de cible. Regardons la lune, plutôt que le doigt qui l’indique. Ce que rappellent en général les “voyants” c’est la nécessité d’une “conversion” pour échapper au pire toujours menaçant. Les vieux prophètes de l’ancienne alliance tenaient le même discours. Relisez le message de La Salette ou, plus proche de nous, celui de Kibeho au Rwanda. Vous serez convaincus.

Je me souviens avoir cité un jour le poète théologien Dante Alighieri qui recommandait aux catholiques de ne pas se précipiter sur des révélations nouvelles et “particulières”, alors que la lecture de la Bible suffisait amplement à leur salut. Mal m’en prit d’avoir fait alors ce rappel. Les lecteurs et lectrices de ces lignes seront-ils plus indulgents?

Guy Musy

2 mars 2018

 

Guy Musy

Le Frère Guy Musy est né en 1936 à dans le canton de Fribourg. Entré dans l'ordre des Frères Prêcheurs en 1956, il accomplit ses études de théologie en Belgique puis en Suisse. Ordonné prêtre en 1962, il poursuit ses études à la Faculté évangélique de l’Université d’Heidelberg, avant d’être rappelé en Suisse pour prendre en charge l’aumônerie catholique de l’Université de Lausanne.

En 1970, il répond à un appel de ses supérieurs qui l’envoient au Rwanda. Il y demeurera quelques vingt ans durant lesquels ils assumera différents ministères: aumônier à l'Université nationale de Butare, puis en milieu populaire à Kigali, mais aussi responsable de la Caritas de la capitale du Rwanda.

De retour à Genève en 1989, entre autres activités, il enseigne à l’Atelier Œcuménique de Théologie et à l’Ecole de la Foi de Fribourg. Passionné d’écriture – il a déjà publié quatre volumes de ses «mémoires» – il collabore notamment, depuis plus de vingt ans, au périodique romand «L’Echo-Magazine». Enfin, il continue d’assumer depuis plusieurs années la charge de rédacteur responsable de la revue dominicaine «Sources».

Auteur
Dernières publications
En mai 1618, la défenestration de Prague provoqua la Guerre de Trente ans
L'oecuménisme a parcouru beaucoup de chemin (Photo:Archdiocese of Boston/Flickr/CC BY-ND 2.0)