Communier au divin


Si les oeuvres du Groupe Saint-Luc sont originales et audacieuses, elles sont aussi un vecteur de communion avec Dieu, selon l’abbé Paul Frochaux. “Il y a quelque chose de divin qui passe à travail de ces artistes”, selon ce prêtre fribourgeois, grand amateur d’art.


© mai 2016 cath.ch/pp

Le Groupe de Saint-Luc

De 1912 à la fin de la seconde guerre mondiale, le catholicisme romand a connu un essor artistique sans pareil. Plusieurs dizaine d’artistes se sont associés à l’initiative d’Alexandre Cingria pour redonner ses lettres de noblesse à l’art sacré, en cherchant à concilier tradition et modernité.

A la découverte du Groupe de Saint-Luc, un mouvement artistique qui a secoué l’Eglise de Suisse romande.


Rosace de l'église Saint-Pierre à Fribourg, rosace de Fernand Baud (Photo: Pierre Pistoletti)

Saint Luc, ou le renouveau de l’art sacré en Suisse romande


De haut à gauche en bas à droite: Alexandre cingria, Marcel Feuillat, Gino Severini, Fernand Dumas, François Baud et Gaston Faravel

Les figures de proue


Vitrail du Christ-Roi, église Saint-Martin de Lutry, Alexandre Cingria (Photo: Pierre Pistoletti)

L’église de Lutry:
Joyau du Groupe de Saint-Luc


Les principales réalisations du Groupe de Saint-Luc (Photo: Pierre Pistoletti)

Les réalisations du Groupe


Le chanoine Paul Frochaux, curé de la cathédrale de Fribourg (Photo: Pierre Pistoletti)

Communier au divin


L'église Saint-Paul de Grange-Canal (Photo: Pierre Pistoletti)

Visite guidée de l’église de Grange-Canal