22 chapelles «clandestines» menacées de destruction par les autorités vietnamiennes

Kontum, 30 mars 2015 (Apic) Les autorités communistes vietnamiennes menacent de détruire 22 chapelles dans le district de Dak-Tô, dans le diocèse catholique de Kontum, sur les Hauts-Plateaux centraux du Sud-Vietnam. Elles affirment que ces édifices n’ont pas de permis de construire ni de permission d’être utilisés comme lieux de culte.

Les fidèles, qui craignent de perdre leurs lieux de rencontre, ont fait appel à l’évêque de Kontum, un diocèse qui compte une quarantaine de minorités ethniques. Mgr Michel Hoàng Duc Oanh leur a demandé de rester calmes mais fermes dans leur foi, en soulignant le droit à la liberté religieuse reconnue par le gouvernement. Il leur demande de chercher une voie de dialogue et de conciliation avec l’administration locale. La région manque d’églises, et dans le passé, les fidèles devaient parcourir jusqu’à 100 km pour participer à la messe.

Le 30 janvier dernier, le président du district de Dak-Tô a donné l’ordre de démolir 22 chapelles appartenant à la minorité catholique. Le 4 février, le vice-président du district a envoyé une lettre aux responsables locaux, leur ordonnant d’exécuter l’ordre de démolition. Dans les mêmes temps, les fidèles ont reçu l’interdiction d’utiliser les maisons ainsi désignées comme lieux de culte et pour des «finalités religieuses».

La pratique d’activités religieuses dans des maisons privées est permise par la loi

A l’heure actuelle, les bâtiments n’ont pas encore été détruits, mais ils risquent de l’être dans les prochains jours. Pendant ce temps, les autorités ont renforcé la surveillance dans la zone pour empêcher que des maisons privées soient utilisées pour la prière, la lecture de la Bible et les activités pastorales ordinaires. L’évêque va «patiemment» expliquer aux autorités locales que la pratique d’activités religieuses dans des maisons privées est permise et reconnue par la loi.

Le diocèse de Kontum, érigé en 1884, compte aujourd’hui près de 300’000 fidèles sur une population totale de 1,8 million d’habitants, qui appartiennent pour moitié à des minorités ethniques. Ces derniers temps, les autorités ont accepté la venue dans cette région de quelques prêtres, même si les lieux de culte – églises et chapelles – sont largement insuffisants pour satisfaire aux besoins des catholiques des Hauts-Plateaux.

Comme les autorités n’ont permis que la construction de deux églises «officielles» et que les fidèles n’ont pas reçu l’autorisation d’en édifier d’autres, ils ont été par conséquent forcés d’utiliser d’autres locaux privés pour mener leur vie religieuse. (apic/asianews/be)

Vietnam: L'Eglise reconstruit sa présence dans la société
30 mars 2015 | 16:57
par Jacques Berset
Partagez!