Suisse

700 ans: les dominicaines d'Estavayer inaugurent leur jubilé

Les moniales dominicaines d’Estavayer-le-Lac ont célébré ce lundi 15 août l’inauguration de leur jubilé. Plusieurs centaines de personnes se sont jointes à elles pour fêter les 700 ans du monastère fribourgeois.

«700 ans que nous sommes fixées sur ces murailles! On ne les fait pas, n’est-ce pas?!» Sur le parvis de l’église, Sœur Marie-Christine accueille les fidèles avec humour. Sa communauté fête sept siècles de louange et d’intercession. 700 ans de présence priante et amicale au cœur du chef-lieu de la Broye fribourgeoise, Estavayer-le-Lac.

Les Staviacois sont venus nombreux ce lundi pour rendre hommage à cette fidélité séculière. A commencer par le syndic, André Losey. «Le monastère fait partie de l’histoire d’Estavayer. Aujourd’hui encore, les Sœurs sont parfaitement intégrées à notre ville. C’est fabuleux qu’elles soient toujours là». La population salue leur présence discrète et fidèle. «Elles font partie de notre quotidien, confie Raymonde en attendant le début de la célébration. On les croise tous les jours dans les rues ou les magasins. Et puis on sait qu’on peut venir ici, confier une intention de prière ou un chagrin. La porte est toujours ouverte».

«Le don inestimable de notre vocation»

Les religieuses ont choisi la date de l’Assomption pour inaugurer ce jubilé. Il débute donc en cette fête mariale par une eucharistie présidée par Mgr Alain de Raemy, évêque auxiliaire de Lausanne, Genève et Fribourg. Une messe «pour rendre grâce pour le don inestimable de notre vocation de moniale», explique Sœur Monique, la prieure, aux 500 personnes présentes dans l’église restaurée du monastère.

Evénement hautement symbolique pour un ordre de prêcheurs, cette messe était aussi l’occasion de bénir le nouvel ambon de l’église, une œuvre de l’artiste fribourgeois Jean-Pierre Demierre. «Je me réjouis d’être le premier à y prêcher», sourit Mgr Alain de Raemy, au début de son homélie. «Du haut de votre jubilé, il faut que vous soyez les premières à reconnaître les signes de Dieu dans la jeunesse, comme Elisabeth reconnaissait, dans la jeune Marie, le Sauveur du monde».

Mgr Alain de Raemy bénit le nouvel ambon du monastère (Photo: Pierre Pistoletti) Mgr Alain de Raemy bénit le nouvel ambon du monastère (Photo: Pierre Pistoletti)

Tendresse dominicaine

Toute la famille dominicaine était présente à cette célébration, signe d’une «tendresse fraternelle» dont témoigne le prieur provincial suisse, le Frère Guido Vergauwen. «Par votre prière, vous soutenez notre prédication et notre apostolat. Nous partageons une même mission: vous êtes la source et nous le fleuve!» Le Maître de l’Ordre lui-même, Bruno Cadoré, s’est «joint de cœur» à cette inauguration. «C’est une grâce pour nous tous de célébrer une si longue histoire de fidélité au charisme de saint Dominique, affirme-t-il dans un message lu au début de la célébration. Votre communauté est témoin de l’évangélisation depuis sept siècles. Aujourd’hui, nous vous exprimons la profonde gratitude de l’Ordre».

La célébration est solennelle à tel point que l’acte d’inauguration, discret, passe presque inaperçu. «Le grand jubilé est ouvert. Allez dans la paix du Christ», acclame le diacre dominicain Jacques-Benoît au terme de la messe. La fête, qui durera une année, est lancée. Célébrations, retraites, conférences et colloques jalonneront ce jubilé qui s’achèvera le 15 août 2017.

Sœur Monique attend de cette année jubilaire qu’elle «maintienne fermement la communauté dans la foi. Jusqu’au bout».  C’est à ses yeux, «une occasion de rendre grâce pour le présent et pour l’avenir». Au milieu de l’effervescence qui suit la célébration, entre une main à serrer et une information à transmettre, elle évoque la difficulté de renouveler la communauté. Elle confie également son vœu le plus cher, le fruit qu’elle attend de cette année jubilaire. «Que nous restions fermes dans la foi et que nous puissions continuer à donner notre vie dans la joie». (cath.ch-apic/pp)

Le jubilé inauguré le 15 août 2015 durera une année
15 août 2016 | 17:58
par Pierre Pistoletti
Partagez!