Alliance Sud espère que les promesses des pays riches ne fondront pas comme la calotte glaciaire (Photo:Pixabay.com)
Suisse
Alliance Sud espère que les promesses des pays riches ne fondront pas comme la calotte glaciaire (Photo:Pixabay.com)

Alliance Sud à la conférence internationale sur le climat COP22

28.10.2016 par Raphaël Zbinden

Alliance Sud sera présente à la conférence internationale sur le climat COP22, du 7 au 18 novembre 2016, à Marrakech, au Maroc. La coalition d’ONG suisses pour le développement, à laquelle participe notamment l’œuvre d’entraide catholique Action de Carême, fera pression pour que les pays riches s’engagent en faveur de la justice climatique.

Il sera en particulier question de la promesse des pays industrialisés d’augmenter leurs contributions aux pays en développement à 100 milliards de dollars par an d’ici 2020, note Alliance Sud.

Le 4 novembre prochain marquera l’entrée en vigueur de l’accord sur le climat adopté en décembre 2015. Lors de ce premier sommet après celui de Paris (COP21), il s’agira de négocier les modalités de mise en œuvre de cet accord historique.

Des moyens additionnels publics

Le 26 octobre, le Conseil fédéral a entériné le mandat de négociation de la délégation suisse. Il met l’accent sur la promotion de règles robustes et efficaces dans la mise en œuvre et le reporting sur les objectifs climatiques des pays. La Suisse veut en outre s’engager pour la mise en place “d’aiguillons” afin que les investisseurs privés s’orientent vers les technologies renouvelables et afin d’aider à l’élaboration de prescriptions claires pour soutenir des mesures de protection du climat dans les pays en développement.

Bien qu’il soit louable de mettre l’accent sur des modalités claires, “il est décevant qu’il ne soit pas dit clairement qu’il faut des moyens financiers publics additionnels pour ces mesures de protection dans les pays en développement”, affirme Jürg Staudenmann, expert climat chez Alliance Sud. Car pour les mesures visant à s’adapter aux conséquences croissantes du changement climatique, il sera très difficile de mobiliser des investissements privés et orientés vers le profit. Dans ce cadre, il faut – comme cela a été fixé dans l’accord de Paris – des moyens additionnels publics.

Même pas la moitié des montants promis

Un rapport récemment présenté par l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) affirme que, jusqu’à présent, les pays industrialisés ont manqué ce but. La “100 Billion Dollars Roadmap” de l’OCDE, élaborée avec l’aide de la Suisse, ne prévoit jusqu’en 2020 même pas la moitié des montants promis pour les mesures d’adaptation au changement climatique dans les pays en développement. “Ici la Suisse doit encore faire ses devoirs. Car jusqu’à présent le Conseil fédéral n’a pas présenté de plan sur la façon dont il entend mobiliser le milliard de francs suisses nécessaires”, souligne Alliance Sud. (cath.ch-apic/com/rz)


Le style de vie actuel est "insoutenable" (Photo: Ben Klocek/Flickr/CC BY 2.0)

Le pape François plaide pour une transition énergétique "radicale"

Face à l'urgence climatique, il faut une profonde transformation des cœurs et des esprits, affirme le pape. | © Church of England/Flickr/CC BY-NC-ND 2.0

Urgence climatique: le pape appelle à une conversion des cœurs

Actualités ›