Suisse

Aux femmes qui changent le monde en 2019

Les Femmes protestantes en Suisse (FPS) consacrent l’année 2019 aux femmes qui changent le monde. Inscrit dans la continuité d’une campagne œcuménique qui commence le 6 mars 2019, ce thème se poursuivra durant toute l’année. En cette année électorale, les FPS se mobilisent également pour davantage de femmes au Parlement.

Avec toutes leurs associations membres, les Femmes protestantes en Suisse (FPS) aborderont le thème «Les femmes changent le monde» lors de leur Assemblée des déléguées, le 11 mai 2019 à Liestal, dans le canton de Bâle-campagne. Venant de toutes les régions de Suisse, des femmes présenteront leurs projets couvrant un large spectre: de l’accueil parascolaire à la formation politique, en passant par la structure d’intégration.

Avec les nouveaux médias

Les nouveaux médias qui peuvent servir à changer le monde, c’est la démonstration que feront les FPS lors de leur journée de formation continue du 6 septembre, à Berne. Ce cours fera prendre conscience des nouvelles possibilités qui s’offrent aux associations et aux femmes entreprenantes et dynamiques.

En vue des élections nationales 2019, les FPS s’engageront pour qu’il y ait, parmi les élu-e-s, autant de femmes que d’hommes. Afin que les femmes puissent participer aux décisions amenant des changements au niveau suisse, un nombre égal d’hommes et de femmes doit être représenté au sein de l’Assemblée fédérale, militent-elle.


Femmes protestantes en Suisse (FPS)

En tant qu’organisation faîtière d’associations féminines protestantes et œcuméniques, ainsi que de membres individuelles, les Femmes protestantes en Suisse (FPS) représentent les intérêts de quelque 37’000 femmes. Elles s’engagent pour les femmes dans la société, l’Eglise et la politique au travers d’événements, de cours et par la diffusion d’informations. Les FPS prennent position d’un point de vue de femmes protestantes sur des questions d’actualité.

Le travail des Femmes Protestantes en Suisse est soutenu financie»rement par des cotisations des membres, des subventions des Eglises cantonales et du Fonds pour le travail des femmes de la FEPS, des contributions de sponsors ainsi que par des dons individuels. Les membres du Comité central offrent du temps de travail d›une valeur équivalant a» un montant d’environ 110›000 francs par an. (cath.ch/com/gr)

L'élection de Viola Amherd et Karin Keller-Sutter au Conseil fédéral en fin 2018 | © Ruben Sprich/Keystone
5 mars 2019 | 16:23
par Grégory Roth
Partagez!