Jair Bolsonaro assurera la présidence du Brésil à partir du 1er janvier 2019 | Wikimedia
International
Jair Bolsonaro assurera la présidence du Brésil à partir du 1er janvier 2019 | Wikimedia

Brésil: Bolsonaro, ou l’arrivée au pouvoir des évangéliques

27.12.2018 par Jean-Claude Gerez, correspondant de cath.ch en Amérique latine

Jair Bolsonaro, élu le 28 octobre 2018 président du Brésil avec plus de 55% des suffrages, sera intronisé le 1er janvier 2019. L’ancien capitaine de l’armée, dont le slogan de campagne a été “Le Brésil au-dessus de tout, Dieu au-dessus de tous”, va offrir une tribune inédite aux Eglises évangéliques pentecôtistes, désormais à la tête du pays qui compte le plus de catholiques au monde.

La scène se passe vendredi 19 octobre 2018, quelques jours seulement avant le deuxième tour des élections présidentielles. Une quinzaine de personnes affichant leur soutien au candidat Jair Bolsonaro font irruption au siège de la Conférence nationale des évêques du Brésil (CNBB), à Brasilia, la capitale. Brandissant des drapeaux du Brésil et une banderole “Dehors les communistes”, ils pénètrent dans une salle où plusieurs prélats sont réunis sur le thème “Justice et Paix”.

Les manifestants se relaient alors pour réclamer bruyamment que “l’Église catholique condamne la corruption en politique et les élus du Parti des travailleurs (PT)” qui en ont bénéficié. “L’Église doit nous appuyer pour retrouver le chemin de l’ordre”, vocifère un homme, hors de lui. Une manifestante crie pour sa part que “la priorité de l’Église doit être de chasser les communistes du pays”. D’abord surpris, les participants à la réunion tentent de dialoguer. En vain.

Au bout d’une vingtaine de minutes marquées par des propos parfois injurieux à l’égard des prêtres catholiques, les manifestants finissent par quitter les lieux. Dans le hall de l’édifice, ces soutiens de Jair Bolsonaro entonnent, en s’inspirant de l’air révolutionnaire chilien “El pueblo unido, jamas sera vencido”, un “A nossa cruzada, jamas sera vencida!” (notre croisade ne sera jamais vaincue).

“Un serment devant Dieu”

Le 1er janvier 2019, Jair Messias Bolsonaro sera intronisé nouveau président du Brésil. Large vainqueur avec 55% des suffrages contre 44% pour Fernando Haddad, son adversaire du Parti des travailleurs (PT), le candidat du Parti social libéral (PSL), a notamment promis, lors de sa campagne de lutter contre la corruption, de privatiser les entreprises nationales, de renforcer les moyens des forces de sécurité face à la criminalité galopante dans le pays, ou encore de protéger les valeurs de la famille traditionnelle. Des engagements répétés le soir même de son élection.

“Ces 20 millions de votes évangéliques ont été fondamentaux dans la victoire finale de Jair Bolsonaro”

Entouré de son épouse et d’un pasteur évangélique, Jair Bolsonaro déclarait en effet que son gouvernement “défendra la Constitution, la démocratie, la liberté. Cela n’est ni la promesse d’un parti, ni la parole vaine d’un homme, mais c’est un serment devant Dieu”. Le discours tenu par cet ancien capitaine de l’armée, âgé de 63 ans, se déclarant catholique, mais baptisé le 12 mais 2016 dans le fleuve Jourdain par le pasteur Everaldo Dias Pereira, président du Parti social chrétien (PSC) et personnage influent au sein de l’Assemblée de Dieu brésilienne (AD), ravit les évangéliques, qui ont voté en masse pour lui.

Le vote évangélique pour le “Trump tropical”

“Selon deux études réalisées par les deux plus importants instituts de sondages du pays -IBOPE et Datafolha- Jair Bolsonaro a obtenu, au second tour, près de 20 millions de voix sur les 42 millions d’électeurs qui se disent “évangéliques”. Son concurrent, Fernando Haddad, lui, en a recueilli 10 millions, rappelle le démographe José Eustaquio Diniz Alves, docteur en démographie et professeur à l’École nationale des sciences statistiques (ENCE/IBGE). Ces 20 millions de votes évangéliques (n.d.l.r. sur les 58 millions obtenus au total par Bolsonaro) ont donc été fondamentaux dans la victoire finale de Jair Bolsonaro”, surnommé le “Trump tropical”.

Jair Bolsonaro a été élu par 55% des suffrages | © Alessandro Dias/Flickr/CC BY-NC-ND 2.0

“La campagne présidentielle, comme celle qui a permis l’élection de Donald Trump aux Etats-Unis, a vu la participation active de nombreuses communautés protestantes, qui ont appuyé en grande partie le candidat de la droite, souligne Ricardo Mariano, sociologue brésilien. Si, d’un côté, les évangéliques de mission (luthériens, presbytériens, méthodistes, batistes, adventistes, etc…) n’ont jamais influencé de manière décisive la vie politique du pays, les évangéliques d’origine pentecôtistes, comme l’Église universelle du Royaume de Dieu (EURD), qui affiche un taux de croissance exponentiel de fidèles, ont montré une influence importante dans l’élection de Bolsonaro”. En particulier leurs chefs de file.

Pas de débat, mais une interview “maison”

L’un des appuis les plus visibles a été celui de l’évêque Edir Macedo, chef de la très puissante EURD. Outre les fréquents appels directs à voter pour le candidat du PSL, Edir Macedo a été jusqu’à offrir une tribune de plus de 30 minutes à Jair Bolsonaro, le 5 octobre, deux jours avant le 1er tour. “Les autres candidats à la présidence s’affrontaient au même moment lors d’un débat contradictoire sur la TV Globo“, rappelle Leonildo Silveira Campos, chercheur en communication. “Bolsonaro avait décliné ce débat, en invoquant les séquelles du coup de couteau, reçu le 6 septembre lors d’un meeting. Une excuse bienvenue puisque ses concurrents lui promettaient de prouver les faiblesses de son programme. Trop faible pour le débat, Bolsonaro a quand-même trouvé la force de répondre, au même moment, à une interview pour le moins ‘magnanime’ en direct sur la chaîne Record TV, deuxième chaîne de télévision du pays et… propriété de l’EURD”.

“Alliés des évangéliques”

Le constat de la main mise des évangéliques sur le monde politique est partagé par de nombreux observateurs et chercheurs. Pourtant, la stratégie d’accès de ces derniers aux pouvoirs exécutif et législatif a évolué depuis les dernières élections. “Le nombre de candidats confessionnels évangéliques (pasteurs ou évêques de différentes Eglises) a diminué lors des dernières élections, comparé à 2014, indique la sociologue Christina Vital da Cunha. En revanche, le nombre de candidatures que je qualifie ‘d’alliées des évangéliques’, comme celle du nouveau gouverneur de l’État de Rio de Janeiro, Wilson Witzel, du PSC, proche des évangéliques, a nettement augmenté. L’idée, pour les candidats, consiste en fait à révéler plus ou moins ouvertement leurs bases religieuses, permettant ainsi de ratisser le plus largement possible auprès des électeurs potentiels, poursuit la chercheuse. C’est important pour les candidats qui aspirent à accéder au niveau de l’exécutif. À ce jeu, Wilson Witzel et Jair Bolsonaro sont de parfaits exemples de réussite de cette stratégie”. Le nouveau président n’a jamais cessé d’évoquer son attachement aux évangéliques lorsqu’il était membre du PSC, entre 2014 et 2018. Au point d’effectuer le voyage jusqu’au Jourdain. Mais en rejoignant le PSL, en janvier 2018, il a rappelé à plusieurs reprises qu’il était né catholique.

Une majorité influente et plus stable

Outre les évangéliques et leur poids médiatique, le nouveau président a également bénéficié, pour être élu, de l’appui des compagnies minières, des lobby des armes à feu et des parlementaires représentant les grands propriétaires terriens. De quoi donner encore d’avantage de poids à la fameuse “Bancada BBB”, (“Bible, Balles et Bétail). Ce groupe parlementaire regroupe des élus de plusieurs partis, majoritaires au Congrès, très actifs en terme de lobbying et de propositions de loi, voire même de demandes d’amendements de la Constitution de 1988. “Bolsonaro a bénéficié du financement de tous ces groupes”, souligne Paulo Girhardelli, philosophe et auteur brésilien. Comprendre: il faudra bien à un moment donné renvoyer l’ascenseur à ces soutiens.

“L’Église catholique a été avare en matière de prise de position”

Cette forte présence parlementaire pourrait aussi dessiner le nouveau visage du fonctionnement des institutions politiques brésiliennes. “Avec des élections parlementaires à la proportionnelle, le grand défi des présidents depuis le retour de la démocratie a été de constituer un gouvernement à même de représenter les équilibres de ces partis, analyse Christina Vital da Cunha. Mais avec la force des bancadas, le président Bolsonaro va pouvoir s’appuyer sur une majorité plus stable”. En offrant accessoirement le visage d’un exécutif moins fébrile.

“Dieu va transformer la société brésilienne”

En attendant, Jair Bolsonaro, dont le slogan de campagne a été “Le Brésil au-dessus de tout, Dieu au-dessus de tous”, a composé un gouvernement ultra-libéral sur le plan économique, très conservateur sur le plan moral, avec une forte présence militaire, seulement deux femmes et aucun noir. À défaut d’y être massivement présents, les évangéliques ont été largement consultés. Cela a été le cas pour le poste particulièrement sensible du ministère de l’Éducation. C’est Ricardo Vélez, philosophe d’origine colombienne, professeur émérite de l’École de commandement et d’état-major de l’armée, qui a obtenu le portefeuille… avec la bénédiction du puissant lobby évangélique.

Même chose pour le ministère de la Famille, de la Femme et des Droits de l’Homme. Il a été attribué à Damares Alves, pasteure de l’Eglise de l’Évangile quadrangulaire et ex-collaboratrice de Magno Pereira Malta, sulfureux pasteur et homme politique controversé, soupçonné de corruption massive. Avocate de formation, Damares Alves, qui s’affiche comme le chantre de la lutte contre l’avortement, considère que sa nomination est “un appel divin”. Très croyante, elle a d’ailleurs déclaré, le jour de sa nomination, être convaincue que “Dieu est en train de nous préparer pour une nouvelle phase qui est la transformation de la société brésilienne”.

Le silence de l’Église catholique

Alors que l’immense majorité des pasteurs des Eglises évangéliques pentecôtistes ont clairement appelé les fidèles à voter pour Jair Bolsonaro, l’Église catholique a été avare en matière de prise de position. Un silence seulement brisé par quelques rares personnalités de l’Église comme Mgr André de Witte. “Nous n’appelons pas les électeurs catholiques à voter pour tel ou tel candidat avait déclaré, le 8 octobre, Mgr Leonardo Steiner, secrétaire général de la CNBB. Mais nous les enjoignons à choisir un candidat qui aide à préserver et non à détruire les systèmes démocratiques”.

Lors d’une cérémonie, le 14 octobre, le cardinal Sérgio da Rocha, président de la CNBB, avait pour sa part déclaré que les catholiques ne devaient pas appuyer les candidats qui “promeuvent la violence”, en faisant clairement allusion au candidat Bolsonaro. Mais très vite, les évêques ont divulgué un communiqué pour assurer que le cardinal avait exprimé son opinion personnelle et “que la CNBB ne se prononce pas sur les candidats”.

Pourtant, certaines personnalités de l’Église catholique ont pris des positions plus fermes. Cela a été le cas par exemple du Frère dominicain Betto, l’un des pères de la Théologie de la libération au Brésil. Après s’être publiquement positionné au 1er tour des élections contre les discours de violence et de haine, il avait appelé les électeurs à voter contre Bolsonaro et “pour les candidats qui aident à préserver les structures démocratiques”. (cath.ch/jcg/rz)


Des paysans en Amazonie brésilienne | © J.C. Gerez

Brésil: le gouvernement redoute l’opposition de l’Eglise en Amazonie

Les prêtres ne sont plus autorisés à rester seuls avec des enfants ou des personnes vulnérables. | © J.C. Gerez

Brésil: interdiction pour les prêtres de rester seuls avec des enfants

Actualités ›