Vatican

Cardinal Tauran: Rien ne justifie la mort du Père Hamel

«Quelle cause peut justifier un tel crime? Aucune! » s’indigne le Cardinal Jean-Louis Tauran, président du conseil pontifical pour le dialogue interreligieux, le 27 juillet 2016, sur le site de Radio Vatican. Il fait référence à l’assassinat du Père Jacques Hamel par deux djihadistes le 26 juillet, près de Rouen en France.

«Nous sommes confrontés à une nouvelle donne, affirme le Cardinal Tauran, c’est l’Eglise catholique qui a été visée», et le meurtre d’un prêtre dans une église «ne s’improvise pas», observe-t-il, rappelant que jusqu’ici, les lieux de culte avaient toujours été plus ou moins respectés.

Pour le président du dicastère, cette situation de violence et de terrorisme est malheureusement amenée à durer, et il incombe aux autorités civiles d’assurer la sécurité des citoyens, par des » moyens légitimes ».

«Ce qui est différent de nous n’est pas nécessairement notre ennemi», assure encore le cardinal français, infatigable promoteur du dialogue interreligieux. L’écoute et la compréhension mutuelles, restent, selon lui, les meilleurs moyens pour faire barrage à la violence aveugle, à l’œuvre en Syrie, en Irak, à Orlando, à Nice, en Allemagne ou à Saint-Etienne-du-Rouvray. «Ces actes sèment la haine», et le danger réside dans le désir de vengeance et de radicalisation qu’ils peuvent susciter.

«Vaincre le mal par le bien»

«Il faut se rappeler la phrase de saint Paul, ›vaincre le mal par le Bien’», enjoint le cardinal Tauran, qui rappelle également l’essence du christianisme: non pas une expérience à la mode, mais bien quelque chose qui dérange. »Nous chrétiens, devons être prêts à souffrir, à mourir même pour que le nom de Dieu soit respecté (…) Il n’y a pas de christianisme sans la croix». (cath.ch-apic/rv/bh)

Mgr Jean-Louis Tauran, président du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux.
27 juillet 2016 | 18:22
par Bernard Hallet
Partagez!