International

Peu de chances de voir des JMJ en Afrique

Les Journées mondiales de la jeunesse (JMJ) seront-elles un jour organisées sur le continent africain? Peu probable, répond le quotidien français La Croix, le 29 juillet 2016. Des infrastructures et des transports pas assez développés et des questions de sécurité rendent difficile l’organisation d’un tel événement en Afrique.

Aucun pays d’Afrique n’a jusque-là reçu les JMJ constate La Croix. C’est une nouvelle déception pour les évêques du continent, qui tentent depuis plusieurs années d’obtenir l’organisation des JMJ en Afrique. En 2011, le symposium des Conférences épiscopales d’Afrique avait étudié la question, en vain. En 2012, les responsables de l’Eglise africaine n’avaient pas su trouver de point de ralliement pour recevoir la jeunesse catholique du monde.

«Impossible»

Mgr Stanislas Lalanne, évêque de Pontoise, près de Paris, évoquait en 2013, dans les colonnes du quotidien, un gigantisme qui rendait impossible l’organisation d’un tel événement en Afrique.

Accueillir en effet une foule de 3, 7 millions de jeunes, comme ce fut le cas aux JMJ de Rio en 2013, demande des moyens dont peu de villes africaines disposent. Un cas exceptionnel dans une moyenne de fréquentation des JMJ qui s’établit à 1,5 million de personnes depuis la première édition en 1984. La capacité d’accueil dépend du développement des infrastructures et des transports, des domaines jugés insuffisamment développés par les organisateurs des JMJ. En particulier dans les pays qui comptent le plus de catholiques sur le continent: RD-Congo (32 millions), Nigeria (17 millions), Ouganda et Tanzanie (14 millions).

À ces problèmes structurels s’ajoute la question de la sécurité, en particulier en Afrique de l’Ouest où la présence de Boko Haram et les risques terroristes vont croissant, comme l’ont récemment montré les attentats de Ouagadougou et d’Abidjan, en janvier et mars 2016.

Des JMJ Africaines

Le continent africain où, selon les chercheurs américains du Pew Forum, vivront 22 % des catholiques du monde en 2050 ne verra-t-il donc jamais les JMJ? L’Eglise catholique en Afrique n’a pas attendu l’organisation des JMJ pour mettre en œuvre de grands rassemblements sur le continent.

En mars 2005, le Sénégal a ainsi accueilli les premières «JMJ africaines». 10’000 jeunes se sont ainsi retrouvés à Zinguinchor, dans le sud du pays. Tous les cinq ans, le pays organise également des «JMJ nationales». Un diocèse invite ainsi tous les autres pour trois jours de catéchèses, de célébrations, de prière.

D’Abidjan à Cotonou

En 2006 et 2007, le Sénégal, la Tanzanie,  le Togo,  le Burkina Faso, le Cameroun, le Gabon, Congo, Burundi et Rwanda, ont accueilli plusieurs rassemblements et pèlerinages. En marge des JMJ, des communautés catholiques ont également profité du rassemblement de Cracovie pour organiser leurs propres journées. C’est le cas à Abobo, un quartier populaire d’Abidjan, en Côte d’Ivoire.

Fin août, la communauté de Taizé organisera au Bénin un «pèlerinage de confiance», comme elle le fait tous les ans en Europe. 9’000 jeunes de tout le continent sont ainsi attendus à Cotonou. (cath.ch-apic/lacroix/bh)

Des centaines de milliers de jeunes se sont rassemblés à Cracovie. (photo: Flickr/Raphael Rodrigues-JMJ 2016/CC BY-NC-ND 2.0)
30 juillet 2016 | 16:16
par Bernard Hallet
Afrique (148) , Cracovie 2016 (30) , JMJ (167)
Partagez!