L'IOR, la 'banque du Vatican' affiche un bénéfice de 17,5 millions d'euros pour 2018. | © Flickr/Jim McIntosh/CC BY 2.0.
Vatican
L'IOR, la 'banque du Vatican' affiche un bénéfice de 17,5 millions d'euros pour 2018. | © Flickr/Jim McIntosh/CC BY 2.0.

Finance: l'IOR dans les chiffres noirs en 2018

11.06.2019 par I.MEDIA

L’IOR, la ‘banque du Vatican’, a terminé l’année 2018 dans les chiffres noirs, avec  un bénéfice de 17, 5 millions d’euros, a-t-elle dévoilé dans son rapport annuel, paru le 11 juin 2019. Elle poursuit par ailleurs ses investissements cohérents avec l’éthique catholique.

Un résultat net de 17,5 millions d’euros a pu être dégagé, malgré la forte perturbation des marchés et la persistance des taux d’intérêt particulièrement bas, se réjouit l’IOR. C’est un résultat assez satisfaisant, selon le cardinal Santos Abril y Castelló, président de la Commission des cardinaux à la tête de l’institut.

L’IOR a confié ce bénéfice au pape. Il s’ajoute à 1,5 million d’euros offerts pour les œuvres de charité du pontife et aux 500’000 euros offerts à l’Aumônerie apostolique. De même, pour des entités à “finalité sociale” l’IOR peut proposer des loyers réduits – voire gratuits – pour des biens immobiliers qu’il possède.

Au cours de l’année écoulée, explique la banque, l’IOR a continué à fournir des services financiers “avec prudence” aux différentes réalités de l’Eglise dans le monde et à l’Etat du Vatican. L’objectif est ainsi de devenir un institut financier “meilleur, plus proche de ses clients et avec de forts principes éthiques”. Pour cela, l’IOR assure respecter des procédures en ligne avec les meilleures pratiques internationales.

14’953 clients dans 112 pays

Concrètement, la banque comptait en 2018 quelques 14’953 clients dans 112 pays représentant 5 milliards d’euros de ressources financières, soit une légère baisse par rapport à 2017, où elles étaient à hauteur de 5,3 milliards. Sur ces 5 milliards, 3,2 milliards étaient des actifs gérés ou en conservation à l’IOR tandis que le 1,8 milliard restant représentait les dépôts de clients.

Par ailleurs, l’IOR disposait de 654,6 millions d’euros de fonds propres, correspondant à un ratio TIER 1 de 86,4%. Ce chiffre particulièrement haut – les normes internationales requièrent des banques un ratio minimal de 4,5% – témoigne donc de la “haute solvabilité” et du profil de risque “bas” de l’IOR. Sur un autre plan, l’institut comptant 98 employés a poursuivi en 2018 sa politique d’optimisation des coûts, passant de 18,7 à 16 millions d’euros.

En 2018, la ‘banque du Vatican’ a poursuivi sa politique de ne réaliser que des investissements cohérents avec l’éthique catholique, sélectionnant ainsi exclusivement des entreprises dont l’activité est conforme à la Doctrine sociale de l’Eglise (DSE). De plus, ces investissements sont principalement destinés au développement d’un futur durable dans les pays les plus pauvres. (cath.ch/imedia/xln/bh)


L'IOR (l'Institut pour les Oeuvres de religion), appelé aussi la banque du Vatican. | © Flickr/Joi Ito/CC BY 2.0

Le pape signe des nouveaux statuts pour la “banque du Vatican“

L'IOR (l'Institut pour les Oeuvres de religion), appelé aussi la banque du Vatican. | © Flickr/Joi Ito/CC BY 2.0

Des résultats positifs de la lutte contre les activités financières frauduleuses au Vatican

Actualités ›