Mgr André Fort a été évêque d'Orléans de 2002 à 2010 | © MAXPPP Gaujard Christelle/Keystone
International
Mgr André Fort a été évêque d'Orléans de 2002 à 2010 | © MAXPPP Gaujard Christelle/Keystone

France: peine de prison contre l'évêque André Fort pour non-dénonciation d'actes pédophiles

22.11.2018 par Raphaël Zbinden

Mgr André Fort, ancien évêque d’Orléans, a été condamné le 22 novembre 2018 à huit mois de prison avec sursis pour non-dénonciation d’actes pédophiles. Le prêtre abuseur qu’il a couvert s’est vu infliger deux ans de prison ferme.

L’évêque émérite, âgé de 83 ans, était jugé par le tribunal correctionnel d’Orléans en même temps que le père Pierre de Castelet, âgé de 69 ans, rapporte le quotidien français La Croix. Ce dernier était accusé d’attouchements sur une dizaine de jeunes garçons, lors d’un camp en 1993. Il a été condamné à trois ans de prison, dont un avec sursis.

Un “électrochoc”

Évêque d’Orléans de 2002 à 2010, Mgr Fort n’avait pas informé la justice lorsqu’une des victimes lui avait adressé en 2008 une lettre faisant état des agressions commises par le Père de Castelet. Le prélat s’était contenté d’éloigner le prêtre de tout contact avec les jeunes. Ce n’est qu’après l’arrivée du nouvel évêque, Mgr Jacques Blaquart, que la justice avait été saisie.

En France, le renvoi d’un évêque devant la justice reste exceptionnel. Lors d’un procès en 2001, l’évêque de Bayeux, Mgr Pierre Pican, avait été condamné à 3 mois de prison avec sursis pour les mêmes griefs que Mgr Fort.

Le verdict est moins sévère que le réquisitoire, qui avait réclamé un an de prison ferme, dans un jugement destiné à être un “électrochoc” pour l’Eglise de France. (cath.ch/cx/arch/rz)


Theodore McCarrick a été à la tête de l'archidiocèse de Washington de 2000 à 2006 | © AP Patrick Semansky/Keystone

Theodore McCarrick est définitivement renvoyé de l′état clérical

Le diocèse de Lausanne, Genève et Fribourg est à la pointe de la prévention contre les abus sexuels | © Bernard Bovigny

Diocèse de LGF: les agents pastoraux tenus de signer la "Charte contre les abus sexuels"

Actualités ›