International

France: une candidate à un poste d’évêque menacée de mort

Sylvaine Landrivon, habitante de l’Isère, a été menacée de mort, le 27 juillet 2020, suite à sa candidature comme évêque dans l’Eglise catholique. Elle est membre du collectif «Toutes apôtres !» mené par Anne Soupa.

Sylvaine Landrivon s’est fait connaître le 22 juillet 2020 en déclarant sa candidature pour une charge épiscopale qui, dans l’Église catholique, est encore réservée aux seuls hommes, relève le quotidien français Dauphiné libéré. Quelques jours plus tard, elle a reçu à son domicile une lettre la menaçant de mort, communique le collectif «Toutes apôtres !». La lettre de menace, aux propos confus, s’adresse à «notre nouvel évêque». Elle dit: «Nous attendons avec impatience votre prochaine réforme, voir (sic) votre prochain Concile. L’Église compte sur vous. Mais dépêchez-vous, car la mort risque de vous surprendre».

Candidates à des fonctions «interdites»

Sylvaine Landrivon s’est rendue à la gendarmerie où elle a déposé plainte pour «menace de mort matérialisée par écrit».

Après la journaliste, théologienne et bibliste française Anne Soupa, qui s’était portée «candidate à la fonction d’archevêque de Lyon» en mai 2020, sept femmes catholiques ont décidé le 22 juillet de franchir le pas. Elles se portent publiquement candidates à diverses fonctions qui leur sont interdites au sein de l’Eglise catholique: évêque, nonce, curé, diacre, prédicatrice laïque.

«L’Église catholique a vidé les églises […] Ce n’est pas que les gens ne croient pas en Dieu, c’est que l’Église rejette. Si on refuse les homosexuels, si on refuse les divorcés-remariés, on n’a plus personne», avait déclaré Sylvaine Landrivon dans ce contexte. (cath.ch/ag/rz)

Une lettre anonyme a menacé de mort la candidate à l'épiscopat
28 juillet 2020 | 17:00
par Raphaël Zbinden
Partagez!