Une célébration oecuménique fêtera l'arrivée de la Lumière de la Paix, ici à Fribourg en 2016. | © Friedenslicht Schweiz
Suisse
Une célébration oecuménique fêtera l'arrivée de la Lumière de la Paix, ici à Fribourg en 2016. | © Friedenslicht Schweiz

Fribourg et Lausanne accueillent la Lumière de la Paix

15.12.2017 par Bernard Hallet

Les fidèles de Suisse romande sont conviés à venir chercher la Lumière de la Paix à Fribourg et à Lausanne le 17 décembre 2017, en fin d’après-midi. A Fribourg, une célébration œcuménique accueillera la flamme allumée à Bethléem et apportée à Vienne. C’est une première.

“Les protestants participeront à la célébration de la lumière, c’est une première”, se réjouit Marco Cattaneo, responsable de la démarche pour la Suisse romande. Le vœu qu’il avait émis l’année passée est exhaussé. Une célébration œcuménique, avec chants et prières, organisée à l’église Saint-Pierre de Fribourg marquera donc l’arrivée de la flamme.

Pour Marco Cattaneo, ce partage œcuménique est une première étape. A l’avenir, il compte également associer les orthodoxes à cet événement.

Les Romands se rendront à Fribourg (photo) et à Lausanne pour y partager la Lumière de la Paix | © Friedenslicht Schweiz

La basilique Notre-Dame de Lausanne sera l’autre point de ralliement des Romands qui viendront partager cette Lumière de la Paix. Une célébration eucharistique est prévue simultanément dans la capitale vaudoise. La basilique n’avait plus accueilli la flamme depuis deux ans.

19 Romands à Vienne

Dans la soirée, 130 jeunes Suisses, dont 19 Romands, prennent le train de nuit à destination de Vienne. La capitale autrichienne est le lieu d’arrivée en Europe de cette Lumière de la paix, allumée par un enfant dans la grotte de la Nativité, à Bethléem, en Palestine. Des centaines de personnes vont converger de toute l’Europe vers Vienne pour partager cette lumière, symbole de paix.

Les CFF autorisent à titre exceptionnel le transport d’une flamme dans leur rames, pourvu qu’ils soient munis de lanterne de transport.

Marco Cattaneo a repris, en collaboration avec Elisabeth Scheidegger, la responsabilité de la Lumière de la Paix pour la Suisse romande il y a cinq ans. Il a souhaité rassembler autour de cette démarche les Romands qui allaient chercher individuellement la lumière à Zurich. “Symboliquement, cette lumière nous lie les uns aux autres, on ne l’arrête pas, elle nous rend plus joyeux”.

Mgr de Raemy avait présidé la célébration de la lumière en 2016. | © Friedenslicht Schweiz


Une lumière partagée dans toute la Suisse et 30 pays d’Europe

La Lumière de la Paix a été célébrée en Suisse pour la première fois en 1993. Depuis, elle est devenue une coutume de plus en plus appréciée en décembre et rappelle le vrai sens de la fête de Noël. L’idée est née en 1986 dans les studios de la radio-télévision autrichienne ORF. Un enfant allume une lumière dans la grotte de la Nativité à Bethléem, la Lumière de la Paix, qu’on transporte en avion jusqu’à Vienne dans une lanterne spéciale.

Elle est ensuite transmise dans plus de 30 pays d’Europe et d’outre-mer. Une Lumière – en guise de symbole de Paix – est offerte par les gens d’une main à l’autre, mais elle reste la même Lumière. Lors de l’arrivée officielle en Suisse, la Lumière de la Paix est remise aux délégués de plus de 200 régions de Suisse, au cours d’une grande fête. La Lumière se répand ensuite dans tout le pays, touchant le cœur des hommes, traversant toutes les frontières sociales, religieuses et politiques. (cath.ch/bh)

Fribourg: 17h00 à l’église Saint-Pierre. Célébration de la lumière puis partage de thé de Noël, de biscuits et de la soupe du chalet.

Lausanne: 17h30 à la basilique Notre-Dame. Célébration eucharistique.


Pascal Desthieux et Jean-Marc Tétaz débattent de la pertinence du célibat.

Le célibat: anachronique ou nécessaire? [6/7]

Davide Pesenti et Martin Hoegger débattent de l'hospitalité eucharistique.

Liturgie, intercommunion ou séparation? [5/7]

Actualités ›