En Occident, de plus en plus de personnes s'éloignent des Eglises traditionnelles (Pixabay.com)
Suisse

Fribourg: l'Eglise réformée veut renouer avec ses distanciés

Lors de son dernier synode, fin septembre 2019 à Morat, l’Eglise évangélique réformée du canton de Fribourg (EERF) s’est intéressée à sa relation avec ses membres distanciés. Au cœur de la problématique, la sécularisation croissante de la société.

Le thème de la matinée était: «Les sorties d’Eglise: une fatalité? Ou comment rester membre toute sa vie». Le Synode de l’EERF a scruté des pistes pour que les personnes sorties de l’Eglise se sentent plus fortement reliées à leur communauté spirituelle, rapporte l’Eglise dans un communiqué.

Concurrence profane

Le sujet est parti d’un constat: «notre mode de vie, marqué par une individualisation des activités et une multiplication des offres de loisirs, fait que le lien à la communauté spirituelle n’est plus automatique. La diversification des croyances et des offres de développement personnel qui caractérise également notre contexte social peut même venir concurrencer ou distendre les liens d’une personne avec sa communauté paroissiale».

Au point que certains réformés en viennent à décider de sortir de l’Eglise, «sans même savoir vraiment pourquoi», a souligné le conférencier du jour, Christophe Monnot, professeur de sociologie des religions à l’Université de Lausanne. Suite aux ateliers de discussion, les participants ont convenu qu’il s’agissait de mieux comprendre le monde actuel, de promouvoir les valeurs de la foi réformée, de renforcer les liens avec les membres distanciés à travers de petits signes de vie, ou encore d’évaluer l’impact d’un événement culturel d’envergure.

Les Eglises ont encore des atouts

Christophe Monnot a relevé que, loin de se désintéresser de la spiritualité, les distanciés de l’Eglise sont souvent en quête d’expériences et de plénitude. Dans cette quête, ils ne passent plus automatiquement par les institutions traditionnelles de sens que sont les Eglises. Celles-ci ne sont cependant pas dénuées d’atouts. «Et les Eglises ont raison de créer de nouveaux langages et de nouvelles mises en formes des célébrations afin de les rendre culturellement ancrées dans l’univers de nos contemporains», a fait valoir le sociologue.

Les sorties de l’Eglise réformée évangélique dans le canton de Fribourg ont en effet graduellement augmenté au cours de la dernière décennie. Selon les statistiques officielles disponibles sur le site internet de l’EERF, 495 personnes ont quitté l’institution en 2018, contre 296 en 2008. En 2018, 42’139 paroissiens réformés évangéliques étaient recensés dans le canton. (cath.ch/com/rz)

En Occident, de plus en plus de personnes s'éloignent des Eglises traditionnelles (Pixabay.com)
27 septembre 2019 | 11:42
par Raphaël Zbinden
Partagez!