Suisse

Fribourg: pèlerinage statique et coloré aux saints d'Afrique

Le 21e Pèlerinage aux saints d’Afrique s’est déroulé le dimanche 6 juin 2021, à l’Africanum des Pères Blancs, à Fribourg. Pour cause de pandémie, l’événement a eu lieu avec un nombre limité de personnes et sans procession.

L’ambiance est festive dans la cour intérieure de l’Africanum en ce dimanche après-midi. Les costumes traditionnels africains côtoient les habits sacerdotaux habituels, avec également les masques de rigueur, quand l’espacement n’est pas suffisant.

La météo est au beau fixe, malgré une tendance orageuse. Quoiqu’il en soit, les participants sont heureux de se retrouver pour cette édition 2021 du Pèlerinage aux saints d’Afrique, alors que la manifestation 2020 avait dû être annulée pour cause de pandémie. «Avec le comité, nous avons tout de même voulu faire quelque chose, cette année, indique le Père Claude Maillard. C’était trop dur de ne rien faire après la déception de l’année passée. Nous avons ainsi opté pour un pèlerinage restreint à Fribourg».

Habituellement, en effet, le pèlerinage a lieu à Saint-Maurice (VS), où il réunit des centaines de personnes de Suisse romande et alémanique. Il donne lieu à une procession haute en couleur dans les alentours de la cité agaunoise et dure la journée entière. A Fribourg, une quarantaine de personnes, seulement, se sont retrouvés pour un après-midi. Et les participants sont restés sur l’esplanade de l’Africanum.

Retour aux sources

Cette édition marquait aussi un retour aux sources. C’est en effet il y a près de 20 ans, en 2002 à Fribourg, que les Pèlerinages ont été lancés, conjointement par les Pères Blancs et Missio, la branche suisse des Œuvres pontificales missionnaires, dont le siège se situe juste en face de l’Africanum.

Cette 21e édition avait pour thème «Exemples de fidélités et de coexistence interreligieuse», avec l’évocation particulière des martyrs d’Afrique et d’Algérie. L’invité spécial était le Père blanc Raphaël Deillon, spécialiste de l’islam, qui a vécu 25 ans en Algérie. Il a rappelé la mémoire et le combat des moines de Tibhirine, assassinés en 1996, présumément par des membres du groupe djihadiste GIA.

Le Père Deillon a raconté son expérience de la béatification des sept trappistes, à laquelle il a assisté, en 2018, à Oran. Il a qualifié de «premier miracle», le fait que cette célébration ait pu se dérouler en terre musulmane. Le prêtre missionnaire a également salué le fait que les évêques aient célébré, au-delà des martyrs chrétiens, les 150’000 Algériens tués pendant les 10 ans de guerre civile. Il a souligné à quel point, les martyrs étaient un exemple de coexistence entre les peuples.

Famille spirituelle

Lors de la messe, émaillée de chants africains, l’abbé Hyacinthe Ya-Kwiza, délégué cantonal à la Mission du Jura, a commenté l’Evangile de Marc, dans lequel Jésus dit: «Voici ma mère et mes frères. Celui qui fait la volonté de Dieu est mon frère, ma sœur, ma mère» (Mc 3, 35). Il a rappelé ainsi que la vraie famille de Jésus n’était pas d’ordre terrestre, mais spirituelle, basée sur une fraternité nouvelle. D’où la nécessité de s’éloigner des idéologies exclusives, qu’elles soient religieuses, tribales, ethniques, nationalistes ou autres.

Le pèlerinage statique, mais néanmoins dynamique, s’est terminé dans la soirée, autour d’un petit repas africain et avec une danse de louanges. (cath.ch/rz)

Ambiance entre fête et recueillement, au Pèlerinage aux Saints d'Afrique, à fribourg | © Raphaël Zbinden
7 juin 2021 | 16:18
par Raphaël Zbinden
Partagez!