Mgr Pierre Bürcher visite un atelier qui confectionne les chapelets des JMJ 2019 à Bethléem | © AVEJMJ
Suisse
Mgr Pierre Bürcher visite un atelier qui confectionne les chapelets des JMJ 2019 à Bethléem | © AVEJMJ

JMJ: 1,5 million de chapelets livrés dans les délais à Panama

18.11.2018 par Bernard Hallet

Mgr Pierre Bürcher, évêque émérite de Reykjavik (Islande), est en passe de gagner un pari un peu fou: faire fabriquer et envoyer 1,5 million de chapelets qui seront distribués aux participants des Journées mondiales de la jeunesse (JMJ) de Panama, en janvier 2019.

“545’000 chapelets ont déjà été acheminés à Panama. Le reste est en route“, Mgr Pierre Bürcher a de quoi se réjouir. Chacun des participants aux JMJ de Panama recevra trois chapelets: un pour lui, un autre à offrir à un jeune du Panama et un troisième à ramener à une personne de son pays d’origine.

1,5 million à trouver

A un dollar pièce, il faut trouver 1,5 million de dollars pour financer la fabrication de ces chapelets. Autre motif de satisfaction, Mgr Bürcher et Caritas Jérusalem qui réalise le projet, ont déjà trouvé 1,1 million de dollars. “Nous y sommes presque!“ se réjouit-il. L’évêque émérite de Reykjavik évoque la grande générosité des donateurs. La Suisse n’est pas en reste. La Conférence des évêques suisses (CES) a demandé à tous les vicaires généraux des diocèses d’organiser une quête au profit de l’opération. “Lorsque j’ai rencontré mes confrères en juin, à l’occasion de la venue du pape à Genève, ils m’ont affirmé que la quête était faite ou déjà organisée“.

Un projet humanitaire et spirituel

Pour des raisons de coût, la fabrication de ces chapelets aurait pu être confiée à la Chine. Mais les initiateurs du projet, lancé à l’automne 2017, ont finalement préféré les ateliers de Beit Sahour et Beit Jala, non loin de Bethléem, qui ont fabriqué et assemblé ces chapelets en bois d’olivier, symbole de paix. “C’est un projet humanitaire et spirituel“, lance Mgr Bürcher.

Mgr Pierre Bürcher, de passage à cath.ch le 14 novembre 2018, se réjouit: les 3/4 du budget sont financés.  | © B. Hallet

Il séjourne six mois par an à Jérusalem. Il a eu l’idée de confier le travail à des familles nécessiteuses de Bethléem. Ainsi, durant 18 mois, les 200 travailleurs ont pu faire vivre 800 personnes grâce à leur salaire.

Alors que le projet s’achève, l’évêque, qui fut aussi pendant 13 ans évêque auxiliaire et vicaire général du diocèse de Lausanne, Genève et Fribourg (LGF), pense déjà à la suite: comment pérenniser une activité qui a permis de faire vivre décemment autant de monde? Il évoque les retombées positives du projet. Notamment le cas de quatre jeunes filles qui, grâce à ce travail, ont pu s’acquitter de la taxe d’inscription à l’Université de Jérusalem. Ou cette famille, parvenue à apurer une lourde dette qu’elle avait contractée pour payer les frais d’hôpital d’un de ses enfants.

L’idée des chapelets est venue à l’issue des JMJ 2016 de Cracovie, en Pologne. Au moment de la distribution du livre Aimer, c’est tout donner, le pape François avait demandé aux jeunes de prier pour la paix dans le monde, “en commençant par Jérusalem“. Il était donc logique pour Pierre Bürcher de fabriquer ces chapelets en Terre Sainte.

Contacté par Daniel Pittet qui lui a fait part de la demande du pape, Mgr Bürcher a pris en main le projet. Une convention a été signée entre Caritas Jérusalem et l’Association “Saint Jean-Marie Vianney Lausanne” (ASJMVL).  (cath.ch/bh)


“Les jeunes auront l’occasion de rencontrer d’autres jeunes du monde et le Saint-Père.“ | © Mazur/episkopat.pl

Avec les JMJ le pape soutient le Panama

Les jeunes romands vont afficher leurs couleurs au JMJ de Panama | © Myriam Bettens

Aller aux JMJ: la joie de répondre à l’appel de Dieu

Actualités ›