Suisse

La fabrique des fake-news

Comment une information publiée sur un site catholique de référence peut-elle se transformer en fake-news très orientée idéologiquement? Le site alémanique kath.ch vient d’en faire l’expérience autour d’un interview consacré au sauvetage des migrants en Méditerranée. Retour sur la fabrication d’une contrefaçon.

Raphaël Rauch, traduction et adaptation Maurice Page

Le 13 août 2020, le site kath.ch publie une interview de Jakob Frühmann, membre de l’équipage du navire de sauvetage des migrants en Méditerranée Sea-Watch4 affrété par l’Eglise évangélique d’Allemagne (EKD). Le jeune théologien et professeur de religion souligne notamment combien, à ses yeux, le secours aux migrants est un devoir pour les chrétiens. Le texte est accompagné d’une photo fournie par l’organisation sur laquelle Jakob Frühmann porte un tee-shirt sur lequel on peut déchiffrer: «antifaschistisch…»

Cette contribution de kath.ch tombe sous les yeux d’un certaine Francesca Totolo blogueuse professionnelle italienne financée notamment par CasaPound Italia, un parti néofasciste fondé en 2003. «Je vis des posts, je suis sur le net 18 heures par jour. La CasaPound est ma principale source de financement», explique-t-elle dans une interview au journal italien La Stampa.

Francesca Totolo rédige alors un tweet en italien: «Antifa, les évêques suisses et l’Église protestante allemande – tous à bord du nouveau navire #SeaWatch4. Jakob Frühmann, membre de l’équipage, explique: «Nous supposons que tôt ou tard, un port italien nous sera attribué».

Assimilation et amalgame

Jakob Frühmann est un des membres de l’équipage du navire de sauvetage des migrantsd «Sea Watch4» | © Chris Grodotzki / sea-watch.org

En bonne professionnelle, Totolo vise trois cibles à la fois: les évêques suisses qui ont soutenu par une contribution de 10’000 francs le navire de sauvetage en mer Sea-Watch4; l’Eglise protestante d’Allemagne, qui a affrété le navire; Jakob Frühmann le membre d’équipage interviewé par kath.ch. Les trois cibles sont assimilées aux ‘Antifa’ d’extrême gauche.

Il ne faut pas plus pour que les réseaux sociaux s’animent bruyamment. Le tweet de Totolo est repris sur le portail «voxnews.info». Un portail qui dénonce quotidiennement les «étrangers criminels».

«Zukunft CH» interfère avec un T-shirt

La fondation conservatrice de droite «Zukunft CH» (Futur CH) qui milite «pour une revalorisation de la famille et contre l’introduction de la charia», interpelle kath.ch: «La photo était-elle un oubli, une coïncidence ou une intention de la part de votre rédaction? «Savez-vous que l’Office allemand pour la protection de la Constitution classe les Antifa comme extrémistes et enclins à la violence?»

Sauf que l’info a tout de la contrefaçon, c’est-à-dire de la fake-news. Le terme Antifa est générique et qualifie un mouvement très diversifié qui comprend aussi bien des pacifistes que des lanceurs de pavés du Black Block. En outre Jakob Frühmann, comme il l’explique lui-même dans l’interview, n’est pas allemand, mais autrichien. Le ministère de l’intérieur autrichien refuse de porter un verdict général sur l’antifascime.

Enfin est surtout parce que le tee-shirt du marin n’est pas celui des antifa! Mais celui des antifaschitichsen Kirchen (Eglises anti-faschistes), un réseau proche de la théologie de la libération. Jakob Frühmann a fait son service civil au Mexique et a des sympathies pour le théologien et poète Ernesto Cardenal qui fut ministre au Nicaragua. Si le logo des «Églises antifascistes» reprend la couleur noire et le graphisme des Antifa, on ne peut certainement pas l’assimiler à l’extrémisme et à l’appel à la violence.

Pas de place pour le fascisme

Les sauveteurs en mer prennent cette tentative de diffamation avec calme. «Bien sûr, Sea-Watch est soutenu par une compréhension de base antifasciste. Une compréhension que nous attendons également de nos membres d’équipage, puisque le fascisme ainsi que le racisme, le sexisme, l’antisémitisme et d’autres idéologies inhumaines n’ont pas leur place sur nos navires», a indiqué à kath.ch un porte-parole de l’organisation. (cath.ch/kath.ch/rr/mp)

Le logo des «Eglises anti-faschistes» reprend le graphisme des Antifa | © Chris Grodotzki / sea-watch.org
26 août 2020 | 14:28
par redaction
Partagez!