La gauche chrétienne renaît en Amérique

Les images de religieuses et de prêtres en col romain, souvent âgés, enchaînés dans le dos menottes aux poignets, ont fait le tour cet été de la presse et des réseaux sociaux américains. Arrêtés pour avoir manifesté en faveur des enfants migrants, ils illustrent le retour en première ligne de la gauche catholique américaine.

Très présente dans le débat public avec la lutte pour les droits civiques des noirs dans les années 1950 puis avec l’opposition à la guerre du Vietnam, et les guérillas en Amérique latine, la gauche chrétienne aux Etats-Unis avait depuis marqué le pas, rappelle sur le blog The Conversation, Laura E. Alexander professeur assistante en science des religions de l’université du Nebraska, à Omaha.

Des groupes chrétiens conservateurs, militant pour des politiques publiques reflétant leurs croyances religieuses, ont mené des campagnes extrêmement visibles pour interdire l’avortement, empêcher le mariage homosexuel ou encourager l’étude de la Bible dans les écoles. A l’interne de l’Eglise, on s’est beaucoup préoccupé de la gestion des affaires de pédophilie.

Beaucoup de chrétiens dans l’opposition à Donald Trump

Le focus médiatique s’est aussi concentré sur le soutien des milieux évangéliques au président Donald Trump. C’est oublier que de nombreux chrétiens figurent au rang des principaux opposants à sa politique.

Le discours anti-immigration et anti-étrangers de Trump a ainsi redonné un certain élan aux progressistes et poussé plus de chrétiens à agir. Leur désobéissance civile traverse les clivages raciaux, ethniques et même partisans d’une manière nouvelle. Des congrégations religieuses, de nombreux évêques, mais aussi la conférence épiscopale elle-même ont élevé la voix pour dénoncer les risques et les dérives de cette politique.

Donald Trump veut construire une barrière entre les Etats-Unis et le Mexique (Photo: Ted Eytan/Flickr/CC BY-SA 2.0)

Le nombre d’immigrants aux USA se réduit

Le nombre d’immigrants sans papiers aux États-Unis a culminé à 12,2 millions en 2007. Les présidents George W. Bush et Barack Obama ont abordé cette question en utilisant un langage relativement pro-immigrants, tout en expulsant des centaines de milliers de personnes chaque année.

Bien que l’immigration à la frontière sud des États-Unis ait en fait diminué depuis l’an 2000, le nombre de requérants d’asile d’Amérique centrale a augmenté. En 2014, un nombre sans précédent de mineurs désireux d’immigrer aux Etats-Unis a attiré l’attention des médias. Donald Trump a entamé sa campagne présidentielle l’année suivante par un discours malveillant sur les migrants. Sous son gouvernement, sa rhétorique s’est peu à peu transformée en politique toujours plus dure.

Face aux images d’enfants noyés dans le Rio Grande en tentant de franchir la frontière, enfermés derrière des barrières et séparés de leur parents, responsables et groupes chrétiens de diverses confessions se mobilisent actuellement pour rappeler le devoir biblique de l’accueil de l’étranger.

Etre chrétien en Amérique

En plus d’aider directement les migrants à la frontière américaine en leur offrant de la nourriture, un abri, des services de traduction et une aide juridique, ces groupes croient aussi que les sociétés démocratiques devraient appliquer des lois fondées sur les enseignements moraux chrétiens. Ils n’ont pas manqué de manifester publiquement leur désapprobation. 70 catholiques ont été ainsi arrêtés en juillet lors d’une manifestation au Russell Senate Office Building, à Washington. Ils tenaient des photos d’enfants migrants morts sous la garde des États-Unis. Des jeunes se sont allongés sur le sol pour former une croix. L’indignation morale fondée sur la religion à l’égard des politiques de Trump incite certains à repenser ce que signifie être chrétien en Amérique.

Manifestants pour la protection des enfants migrants au Russell Senate Office Building, à Washington | © Twitter Kelsey Herbert

Les évêques américains disent aussi leur indignation

Dans la droite ligne des déclarations du pape François, le cardinal DiNardo, président de la Conférence épiscopale des Etats-Unis (USCCB), a dénoncé, le 17 juillet, l’attitude de Trump vis-à-vis des enfants migrants. L’archevêque a condamné une politique, qui crée «un climat de peur dans les paroisses et est en train de causer une souffrance inacceptable pour des milliers d’enfants à la frontière, parce que les autorités douanières séparent les familles».

Le 21 août, le gouvernement américain a annoncé qu’il envisageait de mettre fin à la limite de 20 jours pour la détention des enfants et des familles de migrants, permettant ainsi une réclusion illimitée. Cette annonce a suscité le tollé de divers responsables religieux. Les baptistes du Sud, généralement plus conservateurs sur les plans social et politique, ont eux aussi protesté.

Pas seulement les chrétiens

Le soutien confessionnel aux immigrants ne se limite pas aux groupes chrétiens. Des organisations juives et musulmanes ont fourni une aide humanitaire aux demandeurs d’asile d’Amérique centrale. Elles ont protesté contre l’interdiction fédérale de voyager à partir des pays musulmans. 40 dirigeants juifs ont été arrêtés à New York le 12 août pour avoir protesté contre la politique de détention de l’administration Trump.

Une campagne électorale 2020 marquée par l’activisme chrétien?

La campagne électorale de 2020 a remis l’activisme chrétien au premier plan politique. Plusieurs candidats démocrates à la présidence ont parlé ouvertement des racines religieuses de leur progressisme. Ainsi la sénatrice Elizabeth Warren a fait référence au texte biblique du jugement dernier de Matthieu 25 comme une pierre de touche pour sa critique de l’inégalité de la richesse et son insistance sur les soins de santé universels.

Le candidat démocrate à la présidence, le sénateur Cory Booker parle de la violence armée et de la suprématie blanche. En préconisant une réforme de la justice pénale, il a évoqué la tradition chrétienne de la «grâce».  (cath.ch/the conversation/mp)

Les Eglises se mobilisent pour l'accueil des migrants | © Jacques Berset
27 août 2019 | 17:18
par Maurice Page
Donald Trump (86), Etats-Unis (329), Immigration (36), Migrants (209), USCCB (15)
Partagez!