Suisse

La religion, élément important de l’identité en Suisse

Avoir une religion est un facteur de notre identité comme Suisses. Selon une étude publiée le 11 décembre 2019 par l’Université de Lucerne, l’appartenance religieuse marque le lien social. Elle peut être parfois facteur de discriminations, mais elle contribue clairement à la cohésion sociale dans notre pays.

Pour 50% des Suisses, la religion fait partie de notre identité sociale. Autrement dit, avoir une religion est important pour la moitié de nos concitoyens. C’est ce que révèle l’enquête KONID (Konfigurationen individueller und kollektiver religiöser Identitäten und ihre zivilgesellschaftlichen Potentiale) sur les «Configurations individuelles et collectives des identités religieuses et leur influence sur la société civile», menée par le Centre pour la religion, l’économie et la politique de l’Université de Lucerne.

«Il existait déjà des enquêtes sur les religions en Suisse, indique Anastas Odermatt, coordinateur de l’étude. Mais ce qui nous intéressait, c’était les liens entre l’identité religieuse et l’engagement social». L’étude, rendue publique le 11 décembre 2019 à Lucerne, a été menée conjointement avec l’Université de Leipzig pour la population allemande. Au total, 3000 personnes ont été sondées sur le thème.

La famille en tête

En Suisse, l’identité religieuse apparaît au 12e rang des éléments identitaires. Parmi les 21 critères retenus par les chercheurs et soumis au sondage, la famille, le cercle amical et relationnel et l’état civil viennent en tête. Quant à la religion, elle est placée avant le canton d’origine ou la région linguistique.

Cependant, l’identité religieuse, qui agit comme un marqueur social, peut dans certaines situations susciter des discriminations. C’est l’expérience que font les membres des Eglises évangéliques libre (Freikirchen) et les musulmans, en Suisse comme en Allemagne. Par contre, les autres chrétiens ne ressentent pas leur identité religieuse comme un facteur d’exclusion ou de mise à distance.

La religion, facteur de cohésion

Reste que la religion représente un facteur majeur de cohésion sociale en Suisse. Grâce aux communautés religieuses, des liens se nouent entre des personnes qui ne se rencontreraient pas autrement. Par l’identité religieuse, des ponts se bâtissent entre Helvètes, par-delà les niveaux sociaux.

En outre, les personnes pour lesquelles l’appartenance religieuse est importante considèrent comme essentiel le dialogue entre les religions. L’adhésion à ces rencontres interreligieuses est particulièrement prisée dans les minorités religieuses de Suisse et, en particulier, chez les personnes de confession musulmane. (cath.ch/bl)

L'église St-Pierre, à Zurich, possède le plus grand cadran d'Europe | © warrenski/Flickr/CC BY-SA 2.0
12 décembre 2019 | 11:07
par Bernard Litzler
Partagez!