Suisse

L'Alliance évangélique contre l'extension de la norme sur le racisme

L’Alliance évangélique suisse (SEA-RES) rejette l’extension de la protection pénale contre la haine et la discrimination aux membres des minorités sexuelles. Pour la coalition d’Eglises, cette extension est problématique et superflue.

«D’une part, la loi existante offre déjà des possibilités suffisantes de sanction et, d’autre part, un conflit avec la liberté d’expression est prévisible», explique la SEA-RES dans un communiqué du 9 janvier 2020. Pour ces raisons et d’autres encore, elle rejette l’extension du droit pénal votée par le Parlement, sur laquelle le peuple suisse se prononcera le 9 février 2020.

«La critique de l’homosexualité pratiquée doit être autorisée»

L’Alliance évangélique assure condamner toute forme de haine et de violence à l’égard des personnes de toutes orientations sexuelles. «Un tel comportement n’est pas compatible avec l’éthique chrétienne». Pour la SEA-RES, «il doit cependant rester possible d’adopter sans hésitation une attitude critique à l’égard de certains modes de vie, conformément à la compréhension de la Bible, et de préconiser le traitement privilégié du mariage entre hommes et femmes par rapport à d’autres formes de partenariat».

Une loi inutile?

Selon l’Alliance, «c’est là que réside une faiblesse essentielle de la révision de la loi: selon les avis juridiques, les déclarations publiques en ce sens ou le refus d’une prestation aux personnes ou groupes concernés pourraient à l’avenir avoir des conséquences pénales». Les évangéliques considèrent que la norme pénale sur le racisme protège aujourd’hui à juste titre les individus (et groupes) contre la discrimination fondée sur la race, l’ethnie ou la religion. «Contrairement à ces trois critères, l’ajout de l’orientation sexuelle n’est tout simplement pas nécessaire, estime la SEA-RES, car les personnes homo- ou bisexuelles sont déjà largement protégées contre la haine et la discrimination par la loi existante».

Du coté catholique, la Conférence des évêques suisses (CES) a renoncé à donner un mot d’ordre sur l’extension de la norme pénale antiraciste à la discrimination fondée sur l’orientation sexuelle. A titre individuel, des personnalités de l’Eglise, telles que Mgr Marian Eleganti, évêque auxiliaire de Coire, se sont exprimés contre cette révision. (cath.ch/com/rz)

L'Alliance évangélique craint que les pratiques homosexuelles ne puissent plus être critiquées (Pixabay.com)
9 janvier 2020 | 11:17
par Raphaël Zbinden
Partagez!