Les religieuses attendent le pape pour la messe à Kaunas
| © KEYSTONE/EPA/TOMS KALNINS
Vatican

Le pape met en garde les religieuses contre les «diables polis»

C’est en toute discrétion que le pape François est sorti du Vatican pour aller en voiture rendre visite à la congrégation féminine des Filles de Marie-Auxiliatrice, dans leur quartier général au nord de Rome, a rapporté le Bureau de presse du Saint-Siège le 22 octobre 2021. À l’occasion de leur Chapitre général, il leur a rappelé que « le pire » mal qui menace la vie religieuse est la « mondanité spirituelle ».

Devant 200 religieuses – plus connues sous le nom des « Salésiennes de Don Bosco » – et dans une ambiance chaleureuse – le pape a par exemple été accueilli avec un verre de maté -, le pontife argentin a délivré un discours dans un mode qu’il affectionne particulièrement, improvisant sans modération des anecdotes et des conseils spirituels.

Il a particulièrement insisté sur « le pire mal » qui touche l’Église, celui de « la mondanité spirituelle ». Elle est selon lui le moyen que le diable utilise pour entrer dans les congrégations religieuses. « Il n’entre pas par la force, non, il entre poliment : il sonne la cloche, il dit bonjour », a prévenu le chef de l’Église catholique, allant même jusqu’à parler de « diables polis ».

Et de mettre en garde les religieuses, ces personnes qui ont tout quitté, « qui ont renoncé au mariage, aux enfants, à la famille… et qui finissent «vieilles filles» », a-t-il poursuivi, s’excusant du terme. Pour lui, la mondanité spirituelle débute lorsqu’on commence à se préoccuper des choses du monde, à vivre dans une forme de « paix sophistiquée ».

Dans une vie communautaire, cela passe par ces réflexions qui viennent assombrir l’horizon : « elle ne m’a même pas regardée, elle m’a insultée, elle… », a détaillé le pontife.

Le pape a par ailleurs insisté sur la paix qui devait pouvoir se lire sur le visage d’un religieux. « Pour moi, une chose très laide est un religieux en colère, un religieux qui semble prendre son petit-déjeuner non pas avec du lait mais avec du vinaigre », a-t-il confié, les exhortant à être des « mères » emplies de tendresse et proches des gens.

« N’isolez jamais les personnes âgées ! »

Dans son adresse, le pape a voulu également insister sur la nécessité de préserver les liens entre les générations au sein des communautés. « N’isolez jamais les personnes âgées ! » leur a-t-il demandé, leur expliquant qu’elles étaient « le trésor de l’histoire », qu’elles portaient la « grande sagesse de la vie ».

Se remémorant l’histoire d’une congrégation en Argentine qui avait décidé de rassembler les personnes âgées dans une seule maison, il a assuré qu’il s’agissait-là d’un « péché contre la famille ». Il a rappelé le « devoir » des jeunes de s’occuper des personnes âgées et d’apprendre d’elles.

Il a aussi convié les religieuses qui s’apprêtent à célébrer le 150e anniversaire de la fondation de la congrégation à redécouvrir la grâce des origines : « l’humilité et la petitesse des débuts ».

La congrégation des Filles de Marie-Auxiliatrice a été fondée en 1872 par le saint prêtre italien Marie-Dominique Mazzarello. Reconnu depuis 1922 par le Saint-Siège, cet ordre de spiritualité salésienne se consacre en particulier à l’enseignement, aux soins des malades et aux œuvres sociales dans environ 70 pays. Il comptait plus de 14’000 religieuses en 2018. (cath.ch/imedia/hl/mp)

Les religieuses attendent le pape pour la messe à Kaunas | © KEYSTONE/EPA/TOMS KALNINS
24 octobre 2021 | 09:30
par I.MEDIA
Partagez!