Le Vatican aurait autorisé une enquête sur Emanuela Orlandi

L’ouverture d’une enquête sur la disparition d’Emanuela Orlandi aurait été acceptée par le Vatican, rapporte le quotidien italien La Repubblica le 10 avril 2019. A la suite de ce nouveau rebondissement dans une affaire vieille de près de 36 ans, l’avocate de la famille espère une «totale collaboration» avec les autorités du Vatican pour élucider la disparition de la jeune Italienne.

Au cours de l’été 2018, l’avocate de la famille Orlandi avait reçu la photo d’une tombe située dans le cimetière teutonique, à l’intérieur des murs du Vatican, accompagnée d’un mot invitant à mener une recherche autour de cette sépulture. En février 2019, des membres de la famille avaient adressé une lettre aux autorités du petit Etat, demandant l’autorisation de faire fouiller cette tombe en présence de l’un d’entre eux. La réception de cette requête avait été confirmée peu de temps après par le directeur ad interim du Bureau de presse du Saint-Siège.

Une affaire très médiatique

Près de 36 ans après sa disparition à l’âge de 15 ans, cette jeune Italienne demeure introuvable. Mais l’enquête semble désormais prendre un nouveau tournant. Une investigation au sujet de la mystérieuse disparition de cette fille d’un employé de la Préfecture de la Maison pontificale et citoyenne du Vatican devrait donc être ouverte, selon Laura Sgrò, l’avocate de la famille. «Nous suivons l’évolution des enquêtes menées par les autorités du Vatican avec l’espoir d’une totale collaboration», a-t-elle indiqué.

Cette affaire n’étant toujours pas élucidée, elle continue de passionner les médias italiens, notamment en raison du lien de la jeune fille avec le petit Etat enclavé. L’affaire Orlandi avait été relancée en octobre dernier alors que des ossements humains avaient été retrouvés dans un local annexe de la représentation du Saint-Siège auprès de la République italienne. Une piste aussitôt abandonnée après que des études scientifiques aient démontré que les ossements étaient vieux d’au moins une centaine d’années. (cath.ch/imedia/pad/rz)

11 avril 2019 | 10:38
par Raphaël Zbinden
Partagez!