International

Liban: le patriarche maronite demande des législatives anticipées

Le patriarche maronite Béchara Raï a plaidé en faveur d’élections législatives anticipées au Liban lors de la messe dominicale dans sa résidence d’été de Dimane, le 16 août 2020. «Le peuple veut un gouvernement de sauvetage du Liban, pas de sauvetage du pouvoir et de la classe politique», a-t-il lancé.

La rue libanaise tient la classe politique au pouvoir dans le pays pour responsable de la double explosion qui a ravagé Beyrouth le 4 août dernier, et qui a fait, selon un bilan encore provisoire, au moins 177 morts, plus de 6’500 blessés et 300’000 sans-abri. Les manifestants exigent des changements fondamentaux au sommet de l’Etat, considéré comme «incapable et corrompu».

Nommer par leurs noms les responsables du désastre libanais

Sur les réseaux sociaux, beaucoup demandent au patriarche maronite de sortir de la «langue de bois» et de nommer enfin par leurs noms les responsables du désastre libanais. Des voix demandent également la sortie du «confessionnalisme» (qui veut donner des garanties aux chrétiens et aux musulmans en partageant entre eux les pouvoirs politique et administratif, ndlr), et la mise en place d’un Etat laïc basé uniquement sur une législation civile.

Le cardinal Béchara Raï s’est demandé si les responsables politiques, les groupes parlementaires et les formations politiques se rendent vraiment compte de la «défiance internationale» à leur encontre ainsi que de la nécessité de lancer immédiatement le changement.

Il demande que l’on hâte l’organisation d’élections législatives anticipées sans attendre une nouvelle loi électorale et que l’on forme un nouveau gouvernement «comme le veut le peuple qui est la source des pouvoirs, comme le stipule le préambule de la Constitution», rapporte le 17 août 2020 le quotidien de langue française L’Orient-Le Jour.

Rompre avec un passé de corruption morale et matérielle

«Le peuple, a-t-il lancé, veut un gouvernement de rupture, pas de continuité, qui rompe avec le passé de la corruption nationale, morale et matérielle». Le peuple veut un gouvernement dont les composantes s’entendent sur un projet de réformes, a-t-il poursuivi. Des réformes pas seulement administratives, mais concernant la décision nationale sur les plans politique, sécuritaire et militaire».  Il veut un gouvernement en harmonie avec lui, «pas avec l’étranger», a-t-il insisté, sans préciser.

En juillet dernier, le chef de l’Eglise maronite avait clairement dénoncé sur Vatican News «la mainmise du Hezbollah sur la politique et le gouvernement, qui fait que nous sommes délaissés par les pays arabes, par l’Europe et les Etats-Unis», déplorant que Hezbollah «fait ses guerres et entraîne le Liban avec lui en Syrie ou au Yémen». (cath.ch/orj/be)

Le patriarche maronite Béchara Raï a plaidé en faveur d'élections législatives anticipées | © ani
17 août 2020 | 11:57
par Jacques Berset
Partagez!