Les terroristes de Daech, l'Etat islamique, ont exécuté 34 chrétiens éthiopiens en 2015 | Capture d'écran
International
Les terroristes de Daech, l'Etat islamique, ont exécuté 34 chrétiens éthiopiens en 2015 | Capture d'écran

Libye: découverte d'une fosse commune de 34 chrétiens éthiopiens victimes de Daech

08.01.2019 par Jacques Berset, cath.ch

Une fosse commune contenant les dépouilles de 34 chrétiens éthiopiens assassinés par les terroristes de Daech en 2015 a été découverte dans un terrain proche de la ville côtière de Syrte, en Libye. Cette une zone était à l’époque sous le contrôle de groupes armés djihadistes de “l’Etat islamique”.

Les autorités du gouvernement d’entente nationale de Libye ont rendu public au début 2019 cette découverte macabre. Selon le Département d’enquête criminelle du Ministère de l’Intérieur, les dépouilles seront rapatriées en Ethiopie une fois achevées les procédures légales nationales et internationales.

La “nation de la croix” dans le collimateur

En avril 2015, une vidéo transmise par Al-Furqan –un réseau médiatique de référence pour  l’Etat islamique – avait montré deux groupes de prisonniers présentés comme des chrétiens éthiopiens alors qu’ils étaient décapités ou exécutés d’un coup de feu à la nuque, sur une plage déserte de Libye.

La vidéo montrant les habituels slogans contre la “nation de la croix” était accompagnée d’images de destruction d’églises, d’icônes et de tombes chrétiennes. Une voix off répétait que, sur les terres contrôlées par l’Etat islamique, il n’y aurait pas de salut pour les chrétiens s’ils ne se convertissaient pas à l’islam ou n’acceptaient pas de verser la jizya, un impôt de capitation pour les non musulmans.

Chrétiens éthiopiens et coptes égyptiens

Dans la vidéo, les victimes étaient présentées comme appartenant à “l’Eglise hostile des Ethiopiens”. Les chrétiens massacrés étaient des travailleurs migrants éthiopiens pauvres. Ils faisaient partie des vagues de migrants qui cherchaient des moyens de survie en Libye ou tentaient de se rendre en Europe en embarquant sur des rafiots aux mains du crime organisé.

L’Eglise orthodoxe éthiopienne Tewahedo, comme l’Eglise copte d’Egypte, a été prise pour cible au cours de ces dernières années par des djihadistes. Au début 2015, peu de mois avant le massacre des chrétiens éthiopiens, 20 égyptiens coptes et un de leur compagnon de travail ghanéen avaient eux aussi été égorgés par des djihadistes sur une plage libyenne proche de Syrte.

Cathédrale dédiée aux Martyrs de Libye, dans le village égyptien d’el-Our, près de Samalout |© copticooc.org

Les restes des coptes égyptiens avaient été identifiés fin septembre 2017 dans une fosse commune située sur la côte libyenne, non loin de Syrte. Leurs corps avaient été trouvés les mains liées derrière le dos, revêtant encore les combinaisons orange qu’ils portaient dans la vidéo tournée par leurs bourreaux au moment de leur décapitation.

Une cathédrale et un musée à la mémoire des martyrs

Désormais, un musée près de la nouvelle cathédrale dédiée aux Martyrs de Libye, dans le village d’el-Our, près de la ville de Samalout, dans la province de Minya, en Haute-Egypte, conserve comme des reliques les monnaies retrouvées dans les poches des coptes égyptiens martyrisés ainsi que leurs chaussures et des documents d’identité. Il présente aussi les livrets de travail sur lesquels deux d’entre eux enregistraient au jour le jour leurs activités professionnelles dans ce pays. (cath.ch/fides/be)

 

copticocc.org


L’église et le mémorial des martyrs arméniens dans la ville syrienne de Deir ez-Zor, dynamités par les terroristes de Daech | © al Masdar

Bachar el-Assad va restaurer l’église arménienne de Deir ez-Zor dynamitée par Daech

Mossoul Paysage de désolation après les bombardements de la vieille-ville | © Jacques Berset

"Vous êtes une Eglise de martyrs", lance le cardinal Parolin aux chrétiens irakiens

Actualités ›