Vatican

Mgr Gänswein a été «choqué» par sa mise à l'écart

Mgr Georg Gänswein, secrétaire particulier de Benoît XVI, s’est dit «choqué» par la décision du pape François, fin janvier 2020, de le «libérer» de son poste de Préfet de la Maison pontificale. Il aurait reçu la mesure comme une «punition».

Fin janvier 2020, le pape François a accordé au prélat allemand «un congé de durée indéterminée» concernant ses fonctions de Préfet de la Maison pontificale. A ce poste, Mgr Gänswein était responsable de la conduite des audiences publiques du pape. Le Saint-Siège s’était contenté d’expliquer qu’il s’agissait de le «libérer», afin qu’il puisse consacrer davantage de temps au pape émérite.

D’autres raisons avaient été évoquées par certains médias. Le journal catholique allemand Die Tagespost avait supputé que la décision était liée à la publication du livre Des profondeurs de nos cœurs, écrit par le cardinal Robert Sarah, et auquel de Benoît XVI avait participé. L’ouvrage mettait en garde contre une éventuelle ouverture du sacerdoce à des hommes mariés. Une idée qui était dans l’air suite au synode des évêques sur l’Amazonie, en automne 2019, mais qui n’avait finalement pas été abordée par le pape François dans son exhortation apostolique Querida Amazonia (février 2020).

Une décision ressentie comme une «punition»

Dans une interview au magazine allemand Bunte de fin décembre 2020, le secrétaire particulier de Benoît XVI ne donne pas de raisons de cette mise à l’écart. Mgr Gänswein assure seulement que la décision du pape François l’a grandement surpris et «peiné». Il explique l’avoir acceptée «dans l’obéissance», même si elle a été ressentie comme une «punition». Il affirme être toutefois persuadé que ce n’est pas le cas. «La foi m’a aidé et m’aide à accepter ce que je ne peux pas comprendre et voir pour le moment, que même les phases de la vie qui semblent vaines ont fondamentalement un sens – mais qu’on ne perçoit pas au premier coup d’œil».

Benoît XVI «assez faible»

L’archevêque indique qu’il a développé au cours de l’année une maladie rénale. Il a été hospitalisé pendant deux semaines, alors que son état de santé était précaire. Finalement, la présence d’une tumeur a été exclue. Il dit se porter mieux depuis décembre, alors qu’il suit un traitement médicamenteux. Il affirme également avoir bénéficié, après son hospitalisation, d’une «rencontre clarifiante, très fortifiante et encourageante avec le pape François».

Dans le magazine allemand, Mgr Gänswein évoque également l’état de santé de Benoît XVI. Assurant qu’il était spirituellement toujours très éveillé, il a admis que le pape émérite était physiquement devenu assez faible. (cath.ch/kna/rz)

Benoit XVI en compagnie de son secrétaire, Mgr Georg Gänswein, lors d'une audience Place St-Pierre | © Bernard Bovigny / 2010
4 janvier 2021 | 11:34
par Raphaël Zbinden
Partagez!