Saint Charbel (Photo: www.sainttherse.com)
International
Saint Charbel (Photo: www.sainttherse.com)

Un nouveau miracle attribué à saint Charbel attire les foules aux Etats-Unis

30.01.2016 par Jacques Berset

Il y a deux mois, Dafné Gutierrez, une Hispano-américaine mère de trois enfants, est déclarée aveugle par les médecins. Après s’être rendue à l’église maronite de Saint Joseph, à Phoenix, capitale de l’Etat américain de l’Arizona, pour y prier devant la relique de saint Charbel Makhlouf, saint patron du Liban, elle a retrouvé la vue.

On parle déjà d’un nouveau miracle de cet ermite maronite, qui fut canonisé le 9 octobre 1977 à Rome par le pape Paul VI. En quelques jours, des milliers de visiteurs se sont déjà rendus sur les lieux. “L’étonnante guérison d’une femme aveugle consolide la réputation de thaumaturge de saint Charbel aux Etats-Unis”, peut-on lire samedi 30 janvier 2016 dans “L’Orient-Le Jour”.

“La profusion de miracles obtenus à l’intercession de l’ermite d’Annaya a porté sa réputation de saint thaumaturge aux quatre coins du monde. En tout cas partout où la fortune a conduit les maronites, semés à tous vents par leur histoire tourmentée”, écrit le journaliste Fady Noun dans le quotidien francophone libanais.

A Phoenix réside une forte colonie d’origine libanaise

A Phoenix réside une forte colonie d’origine libanaise, maronite pour l’essentiel. L’église maronite qui s’y trouve est dédiée à saint Joseph et les messes y sont célébrées dans les trois langues, arabe, espagnole et anglaise. L’église Saint-Joseph est le centre de l’une des 36 paroisses maronites des Etats-Unis, réparties sur les deux grands diocèses de New York et de Los Angeles.

La relique de saint Charbel, qui fait le tour de ces paroisses depuis début octobre 2015, consiste en un prélèvement osseux conservé dans un coffre en bois de cèdre. Ce pèlerinage marque le 50e anniversaire de la béatification du grand saint libanais. Le curé de l’église Saint-Joseph, Wissam Akiki, avait donné le plus d’échos possible à la visite de relative courte durée (15-17 janvier 2016) que la relique devait effectuer dans sa paroisse, à l’occasion d’une retraite sacerdotale en présence de l’évêque maronite de Los Angeles, Mgr Elias Abdallah Zeidane.

Cécité déclarée irréversible par les médecins

Diagnostiquée avec la malformation d’Arnold Chiari dès l’âge de 13 ans, Dafné Gutierrez avait développé, au fil des années, un œdème papillaire à la sortie du nerf optique. Une opération chirurgicale pour corriger la malformation s’était avérée inutile. A l’automne 2014, elle perdit l’usage de l’œil gauche, qui s’était progressivement affaibli un an auparavant. En novembre 2015, l’œil droit s’éteignit à son tour, ce qui la plongea dans une nuit totale que même les rayons du soleil, fixé directement, ne parvenaient pas à percer. Un rapport médical établit alors que sa cécité est irréversible et requit pour elle une assistance médicale permanente, écrit Fady Noun. La femme envisageait même de se retirer dans une institution pour aveugles, pour ne pas être à la charge de sa famille.

Durant le week-end du 16-17, attirés par les affiches postées par le Père Wissam, des proches l’encouragent à demander sa guérison. Guidée par l’un d’eux, elle se présente au prêtre, samedi 16 janvier. “J’ai posé ma main sur sa tête, puis sur ses deux yeux, et j’ai demandé à Dieu de la guérir, par l’intercession de saint Charbel”, raconte le prêtre. Dimanche, Dafné et sa famille assistent à la messe, puis rentrent chez eux. “C’est le 18 au matin que l’inexplicable guérison survint”.

Guérison inexplicable

Plusieurs médecins ont examiné Dafné Gutierrez, dont un ophtalmologue d’origine libanaise, le Dr Jimmy Saadé. Pour lui, la guérison défie toute explication scientifique. “Selon son propre médecin, en quarante ans d’exercice, aucun exemple d’une guérison de ce type n’avait été enregistré”, écrit Fady Noun. Un dossier médical complet est en cours pour mieux cerner le cas et solidement documenter le caractère inexplicable de cette guérison. Suite à cette annonce par les télévisions régionales américaines et mexicaines, des milliers de visiteurs ont commencé à affluer à l’église maronite Saint-Joseph de Phoenix.

Saint Charbel naquit le 8 mai 1828 dans le village de Békaa Kafra, à 1’600 mètres d’altitude, près des Cèdres, avec la vue sur la vallée de la Qadisha, surnommée la Vallée sainte. Fils d’une modeste famille de paysans, il devint moine. Sa vie dans le monastère fut consacrée à la prière et au travail. Il s’installa le 15 février 1875 à l’ermitage des saints Paul et Pierre et vécut dans une cellule de six mètres carrés. Il mourut à l’âge 70 ans, le 24 décembre 1898, la veille de Noël. Après sa mort, son corps est resté longtemps intact dans son cercueil et des miracles sont attestés. (cath.ch-apic/orj/be)


L'immense statue de saint Charbel est transportée vers les hauteurs d'Hammana au Liban. | twitter

Une immense statue de saint Charbel installée sur les hauteurs d’Hammana

Brett Kavanaugh, juge pressenti à la Cour suprême des Etats-Unis | © Kevin Dietsch/Keystone

Donald Trump nomme le catholique Brett Kavanaugh à la Cour suprême

Actualités ›