Vatican

La miséricorde exige de dire la vérité, souligne le cardinal Piacenza

Miséricorde et vérité vont de pair, a affirmé le cardinal Mauro Piacenza lors d’un déplacement dans le diocèse d’Alcalá de Henares, en Espagne. Le Pénitencier majeur de l’Eglise a également expliqué la possibilité d’absolution de l’avortement accordée par le pape, a rapporté l’agence italienne ACI Stampa, le 22 février 2017.

«La plus grande miséricorde est de dire la vérité aux gens et de les mettre devant la vérité de la foi et des principes moraux», a déclaré le cardinal Mauro Piacenza, qui dirige le tribunal de la Pénitencerie apostolique au Vatican. Sans cette exigence de vérité, a-t-il poursuivi devant les prêtres du diocèse espagnol, il y a un risque «d’aider les personnes à chuter».

Exhorter à la confession

Le haut prélat italien est également revenu sur la décision du pape François d’étendre à tous les prêtres la possibilité d’absoudre un avortement lors de la confession. Ce choix, a-t-il expliqué, ne vise pas à minimiser ce péché, mais à «exhorter à se confesser, à s’ouvrir, à recevoir la miséricorde de Dieu».

Le cardinal Piacenza a par ailleurs estimé que certains paragraphes de l’exhortation apostolique Amoris Laetitia, publiée en avril 2016, «peuvent susciter quelques interrogations pour ceux qui ne sont pas familiers de la théologie du mariage». Ce texte du pape François n’a cependant «rien changé» au sacrement de pénitence, a-t-il souligné, car il n’est pas possible de changer un sacrement.

Pas de «révolution des sacrements»

Le Souverain pontife, a ajouté le cardinal génois, ne recherche pas une «révolution des sacrements» mais plutôt à aider «le fidèle à bien analyser sa propre situation et aussi à analyser si les conditions pour accéder à l’absolution sont remplies». (cath.ch/imedia/xln/gr)

Le cardinal Mauro Piacenza dirige le tribunal de la Pénitencerie apostolique au Vatican.
24 février 2017 | 09:31
par Grégory Roth
Partagez!