Les résidents et leurs éducateurs ont échangé sur le thème de Noël avec le Père Yves Frémont, au cours d'un groupe de parole. (Photo: B. Hallet
Suisse
Les résidents et leurs éducateurs ont échangé sur le thème de Noël avec le Père Yves Frémont, au cours d'un groupe de parole. (Photo: B. Hallet

Noël: une période "difficile" aux Rives du Rhône

23.12.2016 par Bernard Hallet

La fête de Noël est une période délicate pour les résidents des foyers des Rives du Rhône (VS), une institution d’accueil pour les personnes en situation d’addiction. Loin des leurs ou sans famille, tous se préparent à passer une journée “difficile”.

Passer Noël au foyer des Rives du Rhône sera difficile pour nombre des résidents. Ils comptent bien mettre une bonne ambiance ce jour-là et s’occuper l’esprit pendant cette période délicate. L’angoisse de passer Noël au foyer loin des leurs, ou parce qu’ils n’ont pas famille, est déjà dans les esprits. C’est pourtant la règle: tous passeront Noël au foyer afin que ceux qui peuvent quitter l’institution pour rejoindre leur famille n’accentuent pas l’isolement des autres. “Cela évite une trop grande cristallisation sur cette journée particulière. Le foyer est la famille pour certains”, avance Xavier Roduit, le directeur des Rives du Rhône.

Passer au mieux ce cap

“J’appréhende ce jour. Ce sera mon deuxième Noël ici. Tous ceux qui étaient là l’année dernière sont partis. Ce sera compliqué”, confie Sébastien, 19 ans, depuis un an et demi au foyer de Sion. Il est venu volontairement pour traiter une addiction à l’alcool. Il voit aussi le côté positif de sa présence: il aura l’occasion d’apporter son soutien aux autres pour passer ce cap. Il aura plaisir à prendre part aux activités prévues ce jour-là. “Il y a une bonne ambiance au foyer de Sion. Nous sommes un bon groupe, c’est comme une deuxième famille”, explique-t-il. Il va confectionner un cadeau pour un résident dont il a tiré le nom au sort. “C’est une tradition, nous nous offrons des cadeaux le jour de Noël”.

“Au foyer, vous êtes sur un chemin de lumière qui redresse tout le monde autour de vous”

Lucile mise aussi sur la bonne ambiance, pour passer au mieux ce cap sans la visite de ses parents. “Je ne suis pas seule, il y a de l’entraide entre nous. A 31 ans, je suis une des plus âgées ici. Les plus jeunes se confient à moi, j’essaye de les aider”. Elle s’appliquera à préparer une bûche aux marrons pour le repas de Noël et un tiramisu à la mangue pour la saint Sylvestre. Elle est là de son plein gré pour une addiction à la cocaïne. Passer Noël au foyer est une épreuve, mais paradoxalement, une bonne manière pour elle de se prouver qu’elle peut avancer dans sa vie et passer des moments sans sa famille.

Ne pas penser à l’extérieur

Fabio aimerait beaucoup passer les fêtes avec son frère et ses deux sœurs. “En fait, c’est plus dur de passer Noël ici cette année, surtout depuis que je vais mieux. Je voudrais qu’ils voient les progrès que j’ai fait”. Pas question de sortir pour ce jeune adulte qui attend son jugement. Plutôt que d’être incarcéré, il a été placé au foyer sur la décision d’un juge des mineurs. “Il faut être ici et maintenant et ne pas penser à l’extérieur”, relève Fabio.

Il passera son deuxième Noël au foyer de Salvan. “Ce sera dur, mais je dois aider les autres. Noël sera une journée délicate au foyer de Salvan. Cette période engendre des tensions, ce n’est pas évident”. Il s’efforcera de mettre de la bonne humeur pour adoucir une ambiance pesante, et d’être à l’écoute de ceux qui n’iront pas bien. “On va se faire une jolie bouffe et je vais préparer un cadeau pour un autre résident”.

Un Noël difficile aussi pour les proches

Lucile avoue un pincement au cœur en pensant à ses parents, même s’ils sont bien entourés pour les fêtes. Elle se fait du souci pour son frère qui sera seul. Noël est une période délicate pour les proches des résidents de l’institution. Fabio est triste pour son père qui passera Noël seul. “Pour la famille, c’est dur aussi, surtout pour ma maman”, confie Sébastien. Rachel passera Noël sans ses deux enfants. Elle les sait tristes et elle angoisse à l’idée de vivre ce matin de Noël sans eux.

“Noël: peut-être autre chose que le père Noël dans les magasins”

“On ne veut pas que vous deveniez catholiques, mais peut-être que le temps de Noël est autre chose que le Père Noël dans les magasins… peut-être!”, lance Xavier Roduit, à la vingtaine de personnes, résidents et éducateurs, réunies dans la salle commune du foyer de Sion. Un peu plus tôt dans la matinée, ils ont accueilli le Père Yves Frémont, prêtre des paroisses de Bex et Ollon, pour un échange consacré au thème de Noël.

Passé un tour de table où chacun a exprimé ce qu’était Noël pour lui, le Père Frémont sourit: “J’ai autour de moi tout le spectre de ce que représente cette fête pour les uns et les autres: de ‘rien’ à ‘je comprends'”. Le prêtre ne les a pas convertis mais il a animé, trois quart d’heure durant, un échange sur le thème de Noël. Après la lecture de l’Evangile de Saint Luc qui relate la naissance du Christ, il en a rappelé la signification chrétienne.

La voix claire, il répond avec conviction aux questions, aux doutes, en expliquant la naissance du Christ, le Sauveur, et ce qu’elle signifie pour les chrétiens. “Le fils de Dieu, créateur de toutes choses, accepte de naître pauvrement. Cela ne vous choque-t-il pas? Il faut comprendre le message: Dieu se met du côté des pauvres, il vient prendre nos difficultés, il vient rejoindre l’homme dans son combat pour la vie”.

“Votre souffrance est celle du Christ”, répond-il à Rachel, angoissée à l’idée de passer Noël sans ses deux enfants. “Au foyer, vous êtes sur un chemin de lumière qui redresse tout le monde autour de vous, c’est un espoir pour vos enfants et vos proches”. Ces échanges, des “réunions du cœur”, ont lieu quotidiennement. A l’occasion de dates particulières de l’année, le directeur fait venir un invité pour partager ce temps de parole.

“Noël doit être un quotidien, chaque action envers les autres doit se vivre avec bienveillance”, lance Xavier Roduit pour clore le débat. Ce que représente Noël pour lui? “C’est l’espérance de créer un lien avec soi-même et avec les autres. Il faut se nourrir de ce lien qui s’établit par un regard, une écoute et un ‘salut’ bienveillants. Ce lien est un cadeau”.


Les Rives du Rhône

Les foyers de Salvan et de Sion font partie de l’institution des Rives des Rhône. L’institution, fondée en 1981, accueille et soigne des personnes en situation de dépendance. Les résidents y viennent de leur plein gré ou sont placés dans le cadre d’une procédure judiciaire. (cath.ch/bh)

Le Père Yves Frémont, prêtre dans les paroisses de Bex et Ollon (VD) est venu animer l'échange sur le thème de Noël au foyer des Rives du Rhône. (Photo: B. Hallet)
Le Père Yves Frémont, prêtre dans les paroisses de Bex et Ollon (VD) est venu animer l'échange sur le thème de Noël au foyer des Rives du Rhône. (Photo: B. Hallet)
Résidant au foyer des Rives du Rhône, Lucile souhaite passer cette journée "au mieux". (Photo: B. Hallet)
Résidant au foyer des Rives du Rhône, Lucile souhaite passer cette journée "au mieux". (Photo: B. Hallet)
Sébastien passe son deuxième Noël aux Rives du Rhône. Il sera présent pour aider les autres lors de cette journée difficiel. (Photo: B. Hallet)
Sébastien passe son deuxième Noël aux Rives du Rhône. Il sera présent pour aider les autres lors de cette journée difficiel. (Photo: B. Hallet)

“Ne craignez pas, car voici que je vous annonce une bonne nouvelle, qui sera une grande joie pour tout le peuple! Aujourd’hui vous est né un sauveur”, la voix de l’ange de Bethléem résonne à nouveau dans chaque nuit de Noël.

Pour les personnes seules, isolées, malades ou marginalisées la période des fêtes est souvent difficile à vivre. La solitude pèse. Pour les quelques jours qui précèdent le 25 décembre, cath.ch est parti à la rencontre de celles et ceux qui s’engagent pour que Noël rime avec chaleur humaine et partage.




Noël loin de chez soi (1/4)


Le deuil au cœur des fêtes (2/4)


Noël: une période “difficile” aux Rives du Rhône (3/4)


“Noël pour tous, ce n’est pas d’avoir un public cible, mais une envie de partager” (4/4)

Actualités ›