Suisse

Notre-Dame de Lausanne: la fresque retrouve ses couleurs

Après six mois de travaux de restauration au sein de la Basilique Notre-Dame de Lausanne, la fresque de Gino Severini retrouve son éclat d’origine. Paroissiens et visiteurs pourront admirer fin juillet 2021 l’ampleur du travail effectué.

Grâce à un travail minutieux, les conservateurs restaurateurs sont parvenus à sauver la fresque de Gino Severini, œuvre emblématique de l’art sacré en Suisse romande, rapporte dans un communiqué la Fondation d’Olcah, qui se charge de la recherche de fonds pour la rénovation intérieure de la basilique. Les résultats sont décrits comme «spectaculaires»: ravivée, la peinture a retrouvé son lustre d’antan.

La basilique Notre-Dame de Lausanne, que les habitants nomment familièrement «église du Valentin», abrite des trésors artistiques peu connus des Lausannois. La fresque mariale de Gino Severini en est la pièce maîtresse.

Chantier colossal

Le peintre toscan est reconnu internationalement pour ses œuvres futuristes et cubistes du début du 20e siècle, mais sa production religieuse reste moins connue. Réalisée en 1934 lors de la première restauration de l’édifice, la peinture de Severini présentait depuis longtemps de nombreux signes de dégradation et de vétusté. Pour en évaluer l’état de conservation, une équipe de chercheurs de la Scuola Universitaria Professionale della Svizzera Italiana (SUPSI) a entrepris en 2020 une vaste recherche, dont le bilan s’est révélé sans appel: pour être sauvegardée, la fresque devait urgemment être nettoyée et restaurée.

C’est ainsi qu’en février 2021 a débuté un chantier colossal visant à restaurer l’œuvre. Au sommet des échafaudages dressés devant l’abside, les conservateurs-restaurateurs ont travaillé d’arrache- pied durant plusieurs mois pour nettoyer la surface, retirer le vernis superficiel et redonner aux couleurs leur tonalités d’origine. (cath.ch/com/rz)

Les restaurateurs de la fresque de Gino Severini ont travaillé d'arrache-pied pendant six mois | © CONSORTIUM OLIVIER GUYOT JULIAN JAMES
12 juillet 2021 | 09:34
par Raphaël Zbinden
Partagez!