Manifestation de solidarité de toutes les communautés après les attentats de Paris (Photo: American Jewish Committee)
International
Manifestation de solidarité de toutes les communautés après les attentats de Paris (Photo: American Jewish Committee)

Profanation de tombes catholiques en Israël: l'organisation juive américaine AJC dénonce

11.01.2016 par Jacques Berset

Les actes de vandalisme commis en décembre dernier dans le cimetière catholique de Beit Gémal sont “une attaque contre le christianisme et une atteinte à la liberté de religion en Israël”, dénonce dans un communiqué daté du 10 janvier 2016 l’organisation juive américaine “American Jewish Committee” (AJC), basée à New York.

L’AJC, fondé aux Etats-Unis en 1906 avec le but de regrouper toutes les composantes juives américaines pour défendre le droit des juifs du monde entier, condamne la profanation de ce cimetière, où des dizaines de croix ont été détruites. L’organisation juive américaine exprime l’espoir que la police israélienne arrêtera les responsables et qu’ils seront livrés à la justice.

Pour le rabbin David Rosen, directeur international des affaires interreligieuses de l’AJC, il est essentiel pour Israël “de faire tout son possible pour prévenir de tels actes odieux et d’en punir les auteurs”.

Le groupe “le prix à payer” s’en prend tant aux chrétiens qu’aux musulmans

Le cimetière et le monastère des Salésiens de Beit Gémal, situé à 500 mètres de distance, ont déjà été la cible d’extrémistes juifs dans le passé.

Les croix en béton et en bois de plusieurs tombes ont été brisées et jetées à terre. Aucune revendication n’a été faite. La police de Beit Shemesh, prévenue des faits le 30 décembre 2015, a ouvert une enquête.

Les extrémistes juifs sévissent depuis des années

Au cours de la nuit du 31 mars au 1er avril 2014, toujours dans la zone de Beit Shemesh, des vandales inconnus avaient tracé des inscriptions blasphématoires sur les murs de deux maisons appartenant au monastère catholique latin de Deir Rafat. Les religieuses du monastère, appartenant à la Famille monastique de Bethléem, de l’Assomption de la Vierge Marie et de Saint Bruno, avaient indiqué à cette occasion, que, parmi les inscriptions en hébreu, certaines exprimaient des phrases blasphématoires à l’encontre de Jésus et de la Vierge Marie. Des voitures en stationnement dans la zone avaient également été vandalisées.

L’acte subi par le monastère de Deir Rafat faisait partie de la série d’actes d’intimidation perpétrés à l’encontre de monastères chrétiens à compter de février 2012, note l’agence d’information vaticane Fides. Depuis lors, à plusieurs reprises, en signant de la formule “le prix à payer” et en peignant des slogans racistes et haineux, des groupes extrémistes fanatisés proches du mouvement des colons ont mené des attaques contre des lieux de culte – églises et mosquées – fréquentés par la population arabe. Nombre d’entre eux n’ont pas été arrêtés par la police israélienne.

Réaction tardive des autorités israéliennes

L’expression “prix à payer” a fait son apparition dès 2008, à partir de la volonté de milieux extrémistes, encouragés par des rabbins ultras, de répondre œil pour œil à toute action jugée hostile aux implantations de colons juifs dans les territoires palestiniens. Certaines voix critiques, comme celle de Carmi Gillon, qui a dirigé entre 1994 et 1996 le Shin Bet (services de sécurité intérieurs israéliens), si Israël ne parvient pas à arrêter les crimes nationalistes estampillés “le prix à payer”, c’est qu’il “ne souhaite pas le faire”.

“Nous ne voyons pas de résultats parce que nous ne cherchons pas à en avoir”, avait-il déclaré en en mai 2014. L’ancien chef du Shin Bet estimait que ces attaques pourraient être stoppées rapidement, mais “ils ne le souhaitent pas”, rapportait alors i24news, une chaîne de télévision d’information internationale en continu. (cath.ch-apic/lpj/fides/be)


Alexandrie La synagogue d’Eliahou Hanabi est sur la liste du patrimoine égyptien depuis 1987 (Capture d'écran)

L'Egypte se décide à préserver le patrimoine juif égyptien à l'abandon

Notre-Dame du Liban à Harissa (Photo: www.cartemarialedumonde.org)

Des Israéliens chrétiens en pèlerinage au Liban, pays toujours en guerre avec Israël

Actualités ›