Répression de manifestants catholiques au Vietnam: Réaction du diocèse de Vinh

Le diocèse catholique de Vinh dénonce la répression brutale menée par la Sécurité publique contre les manifestants de Song Ngoc, une paroisse de ce diocèse situé au nord du Vietnam. Ces derniers protestent contre la grave pollution commise par le complexe industriel de Formosa.

Les protestataires, des pêcheurs des communes de Quynh Tho et Son Thai, exigent que Formosa indemnise les victimes des dégâts provoqués par les dommages environnementaux dont l’usine est responsable. Le diocèse déplore l’utilisation de la violence par les autorités pour empêcher le peuple de porter plainte.

Une presse officielle manipulée

La presse officielle présente une version très  différente des événements. Elle attribue l’initiative des heurts aux manifestants et particulièrement au Père Jean-Baptiste Nguyên Dinh Thuc, curé de la paroisse, qui les conduisait. Elle l’accuse d’avoir incité ses fidèles à attaquer les forces de la Sécurité.

Le 15 février 2017, soit au lendemain des événements, la Commission Justice et Paix du diocèse de Vinh a fait paraître un communiqué sans concession, accusant directement les hauts fonctionnaires de Sécurité provinciale d’avoir tendu un piège aux manifestants quelque 20 km après le départ du cortège. Les officiels auraient organisé sciemment le tabassage du prêtre et des manifestants.

La Commission Justice et Paix du diocèse dirigé par Mgr Paul Nguyên Thai Hop condamne la manipulation de la presse officielle par les autorités provinciales qui se servent des médias contrôlés par elles pour diffuser calomnies et descriptions mensongères des faits. Le communiqué affirme enfin que les manifestants ne faisaient qu’exercer un droit qui leur est reconnu par la Constitution, à savoir porter plainte, fait savoir le 22 février Eglises d’Asie (EdA), l’agence d’information des Missions Etrangères de Paris (MEP).

Brutalité et violence contre le peuple

«Les autorités provinciales du Nghê An, avec brutalité et violence, ont empêché le peuple d’accomplir ce que était son droit, écrit Justice et Paix. Au départ, elles ont interdit aux propriétaires des moyens de transport d’accueillir dans leurs véhicules les personnes allant porter plainte. Le groupe décida alors de se rendre au tribunal à pied, ou encore à motocyclettes. Les manifestants ont parcouru ainsi environ 20 km. Les forces de la Sécurité publique les ont alors assaillis. Des dizaines de manifestants ont été matraquées et blessés, des reporters de la presse libre arrêtés. Plus grave encore, les policiers s’en sont pris à un prêtre, le Père Jean-Baptiste Nguyên Dinh Thuc, alors que les hauts fonctionnaires de la Sécurité provinciale étaient présents». (cath.ch/eda/be)

L'Eglise catholique est très active au nord du Vietnam
22 février 2017 | 17:30
par Jacques Berset
EdA (2), Formosa (3), Justice et Paix (70), Vietnam (57), Vinh (1)
Partagez!