La nouvelle traduction du 'Notre Père' entrera en vigueur le 3 décembre 2017 et à Pâques 2018 en Suisse. (Photo: Pierre Pistoletti)
Suisse
La nouvelle traduction du 'Notre Père' entrera en vigueur le 3 décembre 2017 et à Pâques 2018 en Suisse. (Photo: Pierre Pistoletti)

Le Réseau évangélique suisse adopte la nouvelle version du "Notre Père"

05.12.2017 par Bernard Hallet

Le Réseau évangélique suisse (RES) se prononce, le 5 décembre 2017, sans “conviction” en faveur du changement de terminologie de la prière.

Le RES a mandaté sa Commission théologique afin d’émettre une recommandation à ses membres. La Commission théologique ne s’est pas montrée unanime sur la pertinence de cette modification de la prière de la Bible la plus récitée. Les uns ont salué la nouvelle traduction, estimant que “Dieu ne tente pas” (Ja 1.13). D’autres ont souligné le fait que la traduction actuelle s’accorde mieux avec le sens “d’épreuve/mise à l’épreuve” également inclut dans le terme grec peirasmos.

“Ne nous laisse pas entrer en tentation”

Or la Conférence des évêques de France a décidé de modifier la traduction liturgique de cette prière, proposant de remplacer désormais la phrase “ne nous soumets pas à la tentation”, par “ne nous fait pas entrer en tentation”. La proposition ayant été suivie par la Conférence des évêques suisses, la Conférence des Eglises Réformées de Suisse romande (CER) a demandé et obtenu un report de l’entrée en vigueur de la nouvelle terminologie en Suisse, d’abord prévue fin 2017 et finalement repoussée à Pâques 2018, afin de pouvoir consulter ses Eglises membres. L’Eglise évangélique réformée du canton de vaud (EERV) a également accepté la nouvelle version, mais à une faible majorité.

Un “oui” par souci d’unité plutôt que par conviction

Toutefois, la Commission théologique et le Conseil du RES encouragent leurs membres à accepter la nouvelle terminologie afin de permettre à ceux qui le souhaitent de pouvoir réciter cette prière en commun.

Le “Notre Père”, prière enseignée par Jésus à ses disciples, est reconnue par toutes les dénominations chrétiennes comme pouvant volontiers être récitée en commun, encore faut-il s’entendre sur le choix de la traduction, tempère le RES. Du côté réformé et évangélique, il n’existe pas de traduction officielle de la Bible. Il en va autrement au sein de l’Eglise catholique. (cath.ch/com/bh)


La prière du Notre-Père accompagne le cri de ceux qui ont faim, affirme le pape | © CTV

La prière du Notre-Père accompagne le cri de ceux qui ont faim, affirme le pape

Le pape demande de prier "comme des enfants" (Pixabay.com)

Pape François: les chrétiens doivent prier "comme des enfants"

Actualités ›