International

«Un coup d’État de plus au nom de Dieu»

Après la démission du président bolivien Evo Morales, le Conseil National des Églises chrétiennes du Brésil (Conic), regroupant plusieurs organisations chrétiennes, a exprimé son inquiétude sur l’instrumentalisation de Dieu pour justifier la prise de pouvoir autoritaire et néolibérale en Amérique latine.

Le président bolivien Evo Morales | © Sebastian Baryli/CC BY 2.0
12 novembre 2019 | 17:15
par Jean-Claude Gérez
Partagez!