International

USA: les leaders religieux pro-vie soutiennent le recours aux vaccins

Dans un consensus croissant, les chefs religieux à l’avant-garde du mouvement pro-vie aux Etats-Unis disent à leurs fidèles que les vaccins disponibles pour lutter contre le Covid-19 sont acceptables, étant donné leur connexion lointaine et indirecte à des lignées de cellules dérivées de fœtus avortés.

Basé à Dallas, le pasteur baptiste Robert Jeffress, un ennemi déclaré de l’avortement, a qualifié les vaccins de «cadeau de Dieu»: «Demander l’aide de Dieu mais refuser ensuite le vaccin n’a pas plus de sens que d’appeler le 911 quand votre maison est en feu, mais refuser de laisser les pompiers entrer», a-t-il déclaré par mail. «Il n’y a pas de raison religieuse légitime pour refuser de prendre le vaccin».

La Conférence des évêques catholiques des Etats-Unis, qui déclare que la lutte contre l’avortement est sa priorité «prééminente», a déclaré le mois dernier que se faire vacciner contre le coronavirus «doit être compris comme un acte de charité envers les autres membres de notre communauté».

Les évêques ont déclaré qu’il est moralement acceptable pour les catholiques d’utiliser l’un ou l’autre des deux vaccins approuvés aux Etats-Unis – fabriqués par Pfizer et Moderna – malgré une «connexion à distance avec des lignées cellulaires moralement compromises». Cela impliquait l’utilisation de lignées cellulaires fœtales pour les tests de laboratoire visant à confirmer l’efficacité des vaccins.

Le vaccin AstraZeneca, «plus compromis moralement»

Un autre vaccin de pointe, fabriqué par AstraZeneca et approuvé pour être utilisé en Grande-Bretagne et dans certains autres pays, est «plus compromis moralement» et devrait être évité s’il existe des alternatives, ont déclaré les évêques.

AstraZeneca a utilisé une lignée cellulaire connue sous le nom de HEK293 pour développer son vaccin. Selon l’équipe de l’université d’Oxford qui l’a développée, les cellules HEK293 originales ont été prélevées sur le rein d’un fœtus avorté en 1973, mais les cellules utilisées aujourd’hui sont des clones des cellules originales et ne constituent pas le tissu fœtal original.

L’évêque Joseph Strickland de Tyler, au Texas, a aussi remis en question les vaccins. Il a qualifié de mal toute utilisation de foetus avortés dans le développement de vaccins et a déclaré qu’il ne prendrait aucun des vaccins actuellement disponibles.

Peu d’opposition parmi les évangéliques

Parmi les dirigeants protestants évangéliques, qui ont généralement de fortes opinions pro-vie, il y a eu relativement peu de rhétorique anti-vaccins, selon le révérend Russell Moore, qui dirige le bras politique de la Convention baptiste du Sud. Je ne pourrais pas imaginer un pasteur évangélique qui dirait : «Ne vous faites pas vacciner».

Un défi plus notable pour les pasteurs, a déclaré M. Moore, est de contrer les théories de conspiration anti-vaccins sans fondement adoptées par certains membres de leurs congrégations ou communautés – par exemple que les vaccins modifieraient l’ADN d’un receveur ou implanteraient secrètement une micropuce.

Le feu vert du Vatican

Au niveau mondial, le Vatican a publié des directives largement similaires à celles des évêques américains, déclarant qu’il était moralement acceptable pour les catholiques de recevoir des vaccins Covid-19 sur la base de recherches utilisant des cellules provenant de fœtus avortés. Il a suggéré qu’il est erroné de refuser un vaccin en se basant uniquement sur l’objection à l’avortement, car le refus «peut également entraîner un risque pour les autres».

Selon G. Kevin Donovan, professeur de pédiatrie à l’université de Georgetown qui dirige un centre de bioéthique clinique, «L’avantage des catholiques est que les plus hauts niveaux d’autorité ont clairement indiqué que c’est une chose moralement acceptable à faire»,un point de vue que partage Nicanor Austriaco, un biologiste moléculaire et prêtre catholique qui enseigne dans des universités aux Etats-Unis et aux Philippines : «Le Vatican a répondu de manière appropriée aux préoccupations religieuses concernant les vaccins indirectement liés à la recherche qui utilise des cellules foetales avortées.»  (cath.ch/ap/cp)

Selon les directives du Vatican, similaires à celles des évêques américains, il est moralement acceptable pour les catholiques de recevoir des vaccins Covid-19 | © Vatican Media
11 janvier 2021 | 16:57
par Carole Pirker
Partagez!