Pour éviter l'exode, aidez sur place, plaide le chef de la Mission pontificale à Beyrouth

24.09.2015 – Lucerne/Fribourg, 24.09.2015 (cath.ch-apic) La grande majorité des enfants syriens réfugiés au Liban ne fréquentent pas l'école, et c'est une véritable «bombe à retardement... des proies très faciles pour les djihadistes», lance Michel Constantin, directeur de la Mission pontificale à Beyrouth (*).

Mots-clé

mots-clé
Cath-Info