Dossier

Anti-vaccins: quels fondements religieux derrière cette méfiance? 1/2

24 janvier 2021 | 17:00
par redaction
Covid-19 (213), Religions (55), vaccin (21)
1

Alors que les anti-vaccins font entendre leurs voix comme jamais dans le cadre de la lutte contre le Covid, retour sur les liens entre cette méfiance et diverses croyances spirituelles ou religieuses, hier comme aujourd’hui.

Par Anne-Sylvie Sprenger/Protestinfo

Alors que débute la campagne de vaccination contre le coronavirus, les anti-vaccins envahissent l’espace public, et en particulier des réseaux sociaux, à grand coup de messages militants et autres vidéos contestataires – des expressions simplement sceptiques aux contenus les plus virulents, voire carrément frauduleux.

Parmi les arguments, se mêlent tout à la fois la méfiance à l’égard des entreprises pharmaceutiques et autres institutions, des préoccupations naturalistes mais aussi des réticences d’ordre éthique ou résolument religieux. Mais quelle est la part réelle de la religion au sein de cette contestation? Est-elle si prépondérante que cela?

Minorités militantes

Pour l’historien français Laurent-Henri Vignaud, co-auteur d’Antivax. Une histoire de la résistance aux vaccins du XVIIIe siècle à nos jours* (Ed. Vendemiaire, 2019), le poids de la religion dans les réticences anti-vaccins est totalement «paradoxal»: «D’un côté, les motivations religieuses de l’anti-vaccinisme contemporain sont minoritaires dans toutes les religions. De l’autre côté, en raison de leur forme dogmatique, ces arguments figurent parmi les plus durs.»

On se souvient notamment de l’épidémie de rougeole qui a affolé la ville de New-York au printemps 2019. En cause, sa communauté juive ultra-orthodoxe, opposée à la vaccination. Plus près de chez nous, en France, plusieurs épidémies de la même maladie, en lien cette fois avec la communauté catholique La Fraternité sacerdotale saint Pie X (FSSPX), ont également défrayé la chronique ces dernières années.

Le rapport 2018 de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) relève d’ailleurs que les épidémies récentes «se sont le plus souvent diffusées dans des réseaux de populations non-vaccinées en raison de leurs convictions religieuses ou philosophiques (dont particulièrement l’anthroposophie, ndlr.)». Pour Lucie Guimier, spécialiste en géopolitique et rédactrice du document, «ces cas ne sont pas isolés et dessinent des tendances de l’idéologie anti-vaccinale». Ils sont aujourd’hui rejoints, observe-t-elle, par «une augmentation du refus et de l’hésitation envers les vaccins au sein de la population générale».

Ces réticences anti-vaccins seraient-elles spécifiquement plus présentes dans certaines religions? «Aucune grande religion n’est épargnée, mais aucune Église officielle, à part peut-être une ou deux sectes chrétiennes, n’assume un tel discours aujourd’hui», indique Laurent-Henri Vignaud. «Ce sont les marges, fondamentalistes ou intégristes, des religions qui pratiquent un refus marqué de la vaccination. Les autorités religieuses ont, pour la plupart, un discours en faveur des vaccins ou font preuve d’une critique modérée», précise l’historien.

S’opposer à la volonté divine

Mais alors, qu’est-ce qui pose moralement problème à certains croyants? Au premier chef, on retrouve «l’idée fataliste ou providentialiste: on ne peut aller contre le destin voulu par Dieu», expose-t-il. «Les religions qui sont méfiantes face à la modernité industrielle, telles certains communautés anabaptistes comme les Amish, sont plus sujettes à ces réticences, de même que les religions prônant des formes de guérison non basées sur la science, comme dans certaines communautés religieuses charismatiques, de tout horizon, qu’elles soient monothéistes, païennes ou holistiques», pointe Irene Becci, sociologue des religions à l’Université de Lausanne. «La crainte est d’altérer par une volonté divine la naturalité du corps humain, ou selon les religions, sa création divine.»

«Il y a chez certains l’idée de quelque chose de diabolique dans la science en général et dans les vaccins en particulier, ceux-ci étant perçus comme une intrusion malsaine dans l’organisme humain de quelque chose qui n’a pas été voulu par Dieu», formule à son tour l’éthicien protestant Denis Müller. C’est le mythe faustien: «En gros, dans ces mauvaises théologies, si on choisit la sagesse des vaccinologues, on s’oppose à la volonté divine. Donc, on doit choisir. Si on est vraiment religieux, on refuse le vaccin pour montrer qu’on est croyant.»

Pour ces franges minoritaires, «la maladie est comprise, collectivement, comme une punition et, individuellement, comme une épreuve», explicite alors l’historien Laurent-Henri Vignaud. «Chez certains catholiques, on s’inquiète par exemple des vaccinations contre les maladies sexuellement transmissibles (type hépatite B ou papillomavirus) qui seraient des «passeports pour la débauche» offerts aux adolescents hors mariage.»

Utilisation de fœtus avortés?

Au-delà de ces réticences de principe, s’ajoutent des résistances liées aux processus mêmes de fabrication des vaccins. En ligne de mire, le recours dans certains cas à des «cellules fœtales» lors des travaux de recherche et de mise au point des traitements – une pratique fortement décriée dans certains milieux, car jugée totalement immorale.

Plus précisément,  il s’agit plus justement de «lignées cellulaires», comme le documente l’Institut européen de bioéthique, «reproduites en laboratoires depuis des décennies», à partir de cellules souches de fœtus avortés dans les années 1960, 1970 et 1980. C’est le cas aujourd’hui des groupes AstraZeneca, Moderna et Pfizer, comme d’autres, qui ont utilisé ce procédé au cours de l’élaboration de leurs vaccins contre le Covid-19. Y aurait-il dès lors matière à s’en scandaliser?

«Les tissus fœtaux ont également été utilisés dans le développement des vaccins contre la rougeole, la rubéole et de nombreux autres virus – des traitements qui vont aujourd’hui de soi – comme dans de nombreux médicaments très efficaces, en particulier les thérapies contre le cancer», rappelle Frank Mathwig, chargé des questions théologiques et éthiques au sein de l’Église évangélique réformée de Suisse (EERS).

Le pape a tenu à rassurer son audience en publiant, dès le 21 décembre 2020, une note sur «la moralité de l’usage de certains vaccins anti-Covid-19»

Selon lui, «refuser la vaccination sur la base de sa production est éthiquement déraisonnable, contradictoire et à courte vue: comment justifier le fait d’accorder une plus grande importance aux fœtus qu’à la vie des personnes qui, sans vaccination, peuvent mourir ou tomber gravement malades avec des conséquences imprévisibles sur le long terme?» Car l’éthicien réformé le rappelle, «la vaccination protège non seulement sa propre vie, mais aussi celle de toutes les personnes exclues de la vaccination (comme les femmes enceintes, les personnes atteintes de maladies auto-immunes, de certaines allergies ou handicaps) et qui ne peuvent donc être protégées qu’indirectement.»

Appel à la solidarité

Du côté catholique, face aux inquiétudes d’une partie de ses fidèles, le pape lui-même a tenu à rassurer son audience, en publiant, dès le 21 décembre, une note sur «la moralité de l’usage de certains vaccins anti-Covid-19». Le souverain pontife y enjoint les fidèles à se faire vacciner contre le Covid-19, affirmant que tous les vaccins développés étaient «moralement acceptables», y compris ceux produits à partir de cellules fœtales.

Le Conseil de l’Église évangélique réformée de Suisse planche également sur un tel document. «Les réformés mettront l’accent sur le devoir de solidarité et le devoir de responsabilité envers le bien-être des plus faibles et sans défense», expose Frank Mathwig, rappelant l’exemple du réformateur Ulrich Zwingli: «Lorsque la peste a éclaté à Zurich et alors qu’il se trouvait hors de la ville, Zwingli est immédiatement revenu pour aider sa congrégation et les citoyens, malgré les risques encourus. Il a d’ailleurs survécu de justesse à l’infection.» (cath.ch/protestinfo/ass/bh)

*Co-écrit avec Françoise Salvadori.

>Retrouvez la seconde partie de cet article le 26 janvier.

Suite
Parmi les arguments contre la vaccination, on trouve des réticences d’ordre éthique ou résolument religieux | © Pixabay

Alors que débute la campagne de vaccination contre le coronavirus, les anti-vaccins envahissent l’espace public, et en particulier des réseaux sociaux, à grand coup de messages militants et autres vidéos contestataires. Mais quelle est la part réelle de la religion au sein de cette contestation? Est-elle si prépondérante que cela?

Articles