Estavayer-le-lac le 21 avril 2016. L'équipe qui a rédigé l'ouvrage collectif consacré à l'histoire du couvent. (Photo: Bernard Litzler)
Suisse
Estavayer-le-lac le 21 avril 2016. L'équipe qui a rédigé l'ouvrage collectif consacré à l'histoire du couvent. (Photo: Bernard Litzler)

Dominicaines d’Estavayer: un ouvrage sur les 700 ans du monastère

22.04.2016 par Bernard Litzler

Premier acte de l’année jubilaire marquant les sept siècles de présence des moniales dominicaines à Estavayer-le-Lac, un ouvrage sur l’histoire du monastère a été présenté, le 21 avril 2016. Un travail collectif superbe titré: “Les dominicaines d’Estavayer-le-Lac. Fenêtres sur une histoire. 1316-2016”, paru chez Cabédita.

Nous sommes le 8 décembre 1316. Un petit groupe de dominicaines quitte Lausanne et le couvent de Chissiez pour Estavayer-le-Lac. Guillaume d’Estavayer, chanoine de la cathédrale de Lausanne, leur offre une nouvelle et vaste propriété. En effet, la cité staviacoise qui vient de s’agrandir garantit davantage de sécurité.

Pourtant les débuts de la jeune communauté sont difficiles. La prieure Béatrice doit affronter les reproches de sœur Jacquette, restée à Lausanne, et l’opposition du curé du lieu. Ce dernier craint une diminution des revenus de la paroisse à cause de l’arrivée des filles de saint Dominique.

Cent après la fondation de l’ordre

Sept siècles ont passé. 700 ans d’histoire salués par la publication d’un livre riche et coloré: Les dominicaines d’Estavayer-le-Lac. Fenêtres sur une histoire. 1316-2016. Un ouvrage collectif de près de 200 pages, fruit d’un travail patient de trois religieuses du couvent fribourgeois, épaulées par Ivan Andrey, du Service des biens culturels du canton de Fribourg, Sophie Duriaux, doctorante en histoire de l’Eglise, Daniel de Raemy, historien, Jacques Rime, prêtre, auteur d’ouvrages sur l’histoire religieuse en Suisse, et Nadia Togni, médiéviste.

L’ouvrage a été présenté au monastère, le 21 avril 2016, par les auteurs et par l’éditeur, Eric Caboussat. “Ces sept siècles sont une occasion de rendre grâce pour toutes les sœurs qui nous ont précédées, a indiqué la prieure Sœur Monique. C’est aussi une occasion de conforter notre mission de moniales dominicaines. Car le monastère a été construit exactement cent ans après la fondation de l’ordre dominicain”.

50 messes par jour

L’originalité de l’ouvrage réside dans les choix éditoriaux: “L’idée du livre, c’est d’ouvrir des fenêtres sur notre histoire”, dit sœur Anne-Sophie, co-auteure. Une “fenêtre” représente une page double. S’offre ainsi à la lecture un fait de la vie communautaire, un élément artistique ou architectural, une explication extraite des chroniques du monastère.

“L’idée du livre, c’est d’ouvrir des fenêtres sur notre histoire”

Y défilent les prieures aux prénoms singuliers (Pérussone, Alexie, Johanetta), les visites mémorables (saint Vincent Ferrier ou le prédicateur dominicain Lacordaire), les moments de ferveurs et les passages à vide, les 50 messes célébrées quotidiennement à cause de l’afflux des prêtres français fuyant la Révolution et le portrait de sœur Cécile Schmid, «poupée d’un mètre dix».

Illustré de nombreuses reproductions artistiques, dont celles des antiphonaires médiévaux (livres de chants utilisés dans la liturgie), le livre se parcourt allégrement, par sauts d’une période à l’autre. Touche contemporaine, le photographe de Yves Eigenmann saisit les onze religieuses actuelles dans leur quotidien, notamment les offices et les services.

Préface du cardinal Cottier

L’ouvrage bénéficie également – sœur Monique le rappelait avec émotion lors de la présentation du livre – d’une préface du cardinal Georges-Marie Cottier, décédé le 31 mars. Le prélat dominicain a offert aux religieuses son dernier texte, trois semaines avant sa mort: «Cet ouvrage est le témoignage d’une fidélité», écrit celui qui a bien connu la communauté d’Estavayer.

Fidélité de Dieu également, auquel s’adresse sœur Monique dans la postface: “Que ressentait-elle, sœur Béatrice (de Vevey), le jour où elle a mis sa main sans doute un peu tremblante dans la tienne et partit avec sa communauté en direction d’Estavayer?” Rendant hommage aux religieuses qui ont tissé la longue histoire du monastère, la prieure relie les siècles passés et l’époque présente: “Nous n’arriverons pas, avec notre petit nombre et nos pauvres moyens humains, à nous conformer à l’image de la moniale idéale des siècles passés! Montre-nous ce que tu veux pour nous aujourd’hui”. Sept siècles ont passé. Le témoignage de foi demeure.


Le Jubilé 2016-2017

Le livre sur les religieuses dominicaines est le prélude à une série de manifestations festives qui vont émailler l’année 2016-2017.

Les temps forts de cette année jubilaire:

  • le 15 août 2016, l’ouverture du Jubilé: à 11h, une messe sera présidée par Mgr Alain de Raemy, suivie à 14h30 d’une conférence de Sœur Marie-Christiane sur «Les Hospitalités du monastère à travers les siècles»
  • le samedi 25 mars 2017 à 11h, la messe solennelle du Jubilé sera présidée par Mgr Charles Morerod. A 15h, Sophie Durieux, co-auteur du livre sur les 700 ans, évoquera l’arrivée des sœurs à Estavayer-le-Lac en 1316-1317.

L’histoire du monastère est à retrouver sur le site www.moniales-op.ch (onglet Jubilé).Pour tout renseignement: Monastère des dominicaines, Grand Rue 3, 1470 Estavayer-le-Lac. Tél. 026 663 91 30.  dominicaines.estavayer@bluemail.ch.

Estavayer-le-Lac le 21 avril 2016. Le monastère des dominicaines. (Photo: Bernard Litzler)
Estavayer-le-Lac le 21 avril 2016. Le monastère des dominicaines. (Photo: Bernard Litzler)

La page de garde de la 1ere édition du Livre de Mormon en 1830

Etats-Unis: 35 millions de dollars américains pour un manuscrit du Livre de Mormon

Le cardinal guinéen Robert Sarah est préfet de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements depuis 2014. (Photo: twitter/CatholicHerald)

Guinée : le cardinal Robert Sarah dénonce le "mépris à l’égard des pauvres et des démunis"

Actualités ›