Suisse

Embarquement sur le 'Titanic' avec Sœur Cristina

Cette année, l’été au Tessin est celui du naufrage du Titanic. Le célèbre paquebot accoste pour un mois sur une plage de Melide pour une comédie musicale d’envergure. Sœur Cristina Scuccia, lauréate du concours télévisé «The Voice» 2014 en Italie, fait partie du voyage.

Depuis qu’elle a gagné le télécrochet italien, la jeune religieuse ursuline a parcouru tous les continents pour proclamer l’Evangile par la musique. Mais c’est la première fois qu’elle débarque en Suisse, a-t-elle expliqué à kath.ch

Offrir des émotions

«Je me suis décidée à monter à bord du Titanic, parce qu’un rôle a spécialement été réécrit pour moi et qu’il s’allie parfaitement avec le costume religieux que je porte», note sœur Cristina. En outre la comédie musicale contient nombre d’éléments d’une grande profondeur qui concernent la foi.

«Celui qui est ému par de profondes raisons du coeur et de vrais sentiments, comme je les ressens, ne peut pas agir pour d’autres motifs que de se donner pleinement afin d’offrir des émotions et du cœur pour qu’une âme se convertisse à l’amour de Dieu», expose la jeune religieuse.

L’italienne doit en outre chanter en allemand. Ce qui ne lui pose aucun problème. Lorsque les apôtres ont reçu le Saint-Esprit, ils ont parlé dans toutes les langues pour proclamer l’Evangile. «Je sais dès lors qu’il n’y aura pas d’obstacle qui m’empêchera de répandre la joie de l’Evangile, c’est pourquoi je chante aussi en allemand.» Jusqu’à présent elle ne parlait pas le moindre mot de cette langue.

Elle a rencontré Dieu sur scène

Soeur Cristina n’éprouve pas plus d’appréhension face au monde de l’industrie de la musique. «L’appel du Seigneur me soutient lorsque je chante, joue et danse sur une scène. Pour la jeune femme, toute forme d’art qui apporte un message fort peut être décisive «comme cela a été le cas pour moi quand j’ai décidé de donner ma vie pour suivre le Christ qui m’a consacrée». La foi a besoin de la beauté de l’art. La comédie musicale, qui est une forme d’art complète, est un moyen extraordinaire pour parler au cœur de l’homme.

De Melide à Sao Paolo

La religieuse ne touche pas de cachet et ne retient rien pour elle «parce qu’à travers le vœu de pauvreté, j’ai choisi le Christ pour unique richesse.» L’argent reçu pour ses prestations est géré par les supérieures de la congrégation des ursulines de la Sainte-Famille en faveur de projets dans divers pays. Sœur Cristina cite en particulier le projet social «Sant’Orsola» qui soutient des enfants et des jeunes en périphérie de Sao Paol au Brésil.

Les ursulines sont la famille de Sœur Cristina, même si elle n’a jamais visité ses consoeurs en Suisse. «J’espère bien sûr les connaître et surtout qu’elles monteront à bord du Titanic !» Elle aura quoiqu’il en soit l’occasion de faire le tour de la Suisse, puisque l’embarcadère du Titanic n’est qu’à quelques pas du parc de la Suisse miniature de Melide.

Et l’histoire du Titanic ? Sœur Cristina connaît celle du film, mais pour ce qui est de la comédie musicale, le seul moyen de le savoir est d’aller la voir.

 


La comédie musicale Titanic


Sœur Cristina:  Une «ex-rebelle» devenue chanteuse

Après sa victoire à «The Voice» Italie, en juin 2014, avec la fraîcheur des convertis, la jeune femme s’est présentée dans le quotidien français La Croix comme une «ex-rebelle». Elevée dans une famille catholique de Comiso, en Sicile, Cristina Scuccia a tourné le dos à l’Eglise à l’adolescence. «Nous affrontions de grandes difficultés et je m’en suis prise à Dieu, j’étais en colère, je me suis jetée dans le chant et la danse à corps perdu, rêvant d’aller étudier à Rome.»

A 19 ans, sa mère lui propose de passer les auditions pour une comédie musicale montée par les ursulines de la Sainte Famille pour leur centenaire. Elle finit par accepter, dans l’idée que cela pourrait l’aider à accomplir son rêve de devenir chanteuse. C’est sur scène, interprétant le rôle de la fondatrice de la congrégation, que Cristina a été bouleversée. «Sœur Rosa allait trouver les jeunes filles de son époque et leur demandait si elles étaient prêtes à tout abandonner pour Dieu. Quand je redescendais de scène, ces paroles continuaient à résonner en moi… ” (apic/ag/cx/bb)

Soeur Cristina Scuccia, aux commandes du 'Titanic' (photo Twinam service de presse)
12 juillet 2016 | 15:50
par Maurice Page
Partagez!