Laïcs et consacrés du Chemin néocatéchuménal en mission en Afrique du Sud

25.08.2017 par Bernard Hallet

Du 11 au 21 août 2017, 72 hommes et femmes du Chemin néocatéchuménal d’Afrique du Sud ont été envoyés en mission deux par deux. Ils sont partis avec une Bible pour annoncer la Bonne Nouvelle en Afrique du Sud, au Swaziland, au Botswana et au Lesotho. Cette démarche répond à une demande du pape.

Au départ de sa mission, rapporte l’agence vaticane Fides, le groupe a été béni par Mgr Brislin, Archevêque du Cap et président de la Conférence épiscopale sud-africaine, lors d’une retraite ayant eu lieu dans cette ville. “Par notre Baptême, leur a dit Mgr Brislin, nous partageons, comme les apôtres, le ministère de Jésus Christ relatif à l’annonce du Royaume de Dieu”. L’archevêque a souligné que l’évangélisation à l’époque moderne consistait également à apporter le Christ aux personnes pour lesquelles Il n’est plus important.

Cette même mission est actuellement en cours dans le monde entier, ainsi que cela a été annoncé l’an dernier, au cours de la Journée mondiale de la Jeunesse (JMJ) de Cracovie, en Pologne. Plus de 150’000 jeunes du Chemin néocatéchuménal s’y étaient rassemblés pour une réunion vocationnelle.

Dino Furgione, responsable du mouvement en Afrique du Sud a souligné que cette mission n’était pas seulement menée par des personnes consacrées. En effet, des couples mariés, des célibataires, jeunes et vieux, des prêtres et des séminaristes y participent également.

L’esprit de Vatican II

“Ceci est l’esprit du Concile Vatican II, le corps de l’Eglise comme véritable présence du Christ. Nous avons fait l’expérience du fait que le Christ nous accompagne. A la question qu’Il adresse à Ses disciples dans l’Evangile selon Saint Luc: “Quand je vous ai envoyés sans bourse, ni besace, ni sandales, avez-vous manqué de quelque chose?”, nous pouvons répondre qu’il ne nous a rien manqué!”

“Certains ont effectivement souffert de privations mais nous avons tous fait l’expérience de la joie parfaite de saint François, qui, avait lui aussi l’habitude d’envoyer ses frères deux par deux”, a ajouté Dino Furgione.


Un mouvement de l’Eglise catholique

Le Chemin néocatéchuménal est un mouvement de l’Eglise catholique . Il a été approuvés de façon définitive par le Saint-Siège le 13 juin 2008. Jean Paul II l’a reconnu comme un “itinéraire de formation catholique”, c’est-à-dire une école de vie chrétienne catholique. Le mouvement a été lancé en 1964, dans les environs de Madrid par deux laïcs espagnols. Début 2008, le Chemin était présent dans plus de 128 pays.

Cet itinéraire a été voulu à la suite du concile Vatican II. Il prône une action de l’Eglise face aux changements sociaux de la fin des 19e et 20e siècles (en particulier la laïcité) et un retour aux enseignements du christianisme antique. Pendant ces trente dernières années, l’institution a mis en place différents séminaires dans le monde entier. Elle est actuellement l’une des institutions connaissant la plus forte croissance dans l’Église catholique. (cath.ch/fides/bh)


Le pape François salue Kiko Argüello, fondateur du Chemin Néo-catéchuménal (Photo: Chemin Néo-catéchuménal)

Le pape François remercie le fondateur du Chemin néo-catéchuménal

William Segodisho témoigne publiquement, 27 ans après les faits | DR

Nouveau scandale d'abus sexuels en Afrique du Sud

Actualités ›