Medea Sarbach, Sandro Bucher et Jonas Feldmann à Rome pour le pré-synode des jeunes. | © B. Hallet
Suisse
Medea Sarbach, Sandro Bucher et Jonas Feldmann à Rome pour le pré-synode des jeunes. | © B. Hallet

Le pré-synode des jeunes: une chance pour l’Eglise, un défi pour les évêques

22.03.2018 par Bernard Hallet, envoyé spécial à Rome

Les trois Suisses sont unanimes sur la qualité des débats et de l’écoute mutuelle qui ont prévalu durant les premiers jours du pré-synode des jeunes. Des débats denses, riches, qui se sont souvent prolongés hors des séances, vont contribuer à élaborer un document final qui sera autant une chance pour l’Eglise qu’un défi pour ses évêques.

“En arrivant je ne me suis pas senti très à l‘aise au milieu de tous ces prêtres, ces religieuses, avec en plus les temps de prière“, indique Sandro Bucher, athée, qui pensait ne pas se trouver au bon endroit. Agréable surprise: le non-croyant a retenu l’attention, particulièrement d’un Libanais et d’un Bulgare, catholiques, très curieux d’entendre son opinion sur l’Eglise.

“Je me suis senti écouté et mon avis a compté“

Une belle occasion pour le Lucernois de 25 ans de faire tomber un cliché tenace: les athées ne sont pas systématiquement contre l’Eglise et savent s’engager au service des plus faibles. “Je me suis senti écouté et mon avis a compté“. Il s’attendait à des débats plutôt vifs. De même que son compatriote distancié de l’Eglise, Jonas Feldmann, 25 ans, étudiant en médecine à Zoug. “Nous n’étions pas toujours d’accord dans mon groupe mais nous avons su dépasser les différences et reprendre des discussions très amicales à la pause“.

Ce sur quoi a également insisté Medea Sarbach, envoyée par la Conférence des évêques suisses (CES). L’étudiante en théologie relève le grand respect qui a prévalu lors de ces échanges dans les groupes linguistiques. “C’est un cadeau de rencontrer ces jeunes“, sourit-elle. Elle s’est sentie très à l’aise avec les jeunes athées et d’autres religions.

Attablés dans un café romain

Attablés dans un café romain, les jeunes témoignent tranquillement. Pas de mise en garde ni de propos vindicatifs. Même si Jonas et Sandro auraient souhaité la présence plus nombreuse de représentants d’autres religions et de jeunes critiques de l’Eglise.

La dimension internationale de ces rencontres a stimulé la curiosité du trio suisse. “J’ai constaté, en écoutant les jeunes catholiques d’Afrique et d’Asie, que nous partageons les mêmes problèmes: difficulté à s’insérer dans la vie professionnelle, à nous situer dans ce monde“, relève Jonas. “Les défis que présente le monde actuel pour les jeunes sont les même pour tous, croyants ou non croyants“, renchérit Sandro. La curiosité l’emportant sur les préjugés a sans doute contribué à élever le niveau des discussions.

Des jeunes plus ouverts que leur Eglise

Ainsi des liens se sont tissés, à tel point que les discussions se poursuivaient à table ou lors des soirées explique Medea. Sandro quittera Rome avec une meilleure image des jeunes catholiques, à son avis plus ouverts au monde que leur Eglise. Ce que corrobore Jonas en estimant que l’égalité hommes-femme pose moins de problèmes aux jeunes catholiques et qui sont également moins fermés sur l’homosexualité.

“Le vrai dialogue a du bon”

Un bon point pour l’institution qu’il critique volontiers: le Zougois a noté la présence nombreuse de jeunes femmes que l’Eglise a encouragées à participer au pré-synode. Tous deux reconnaissent volontiers que leur présence au pré-synode est une preuve d’ouverture.

Le Suisse Sandro Bucher a pris part aux débats du pré-synode | © Bernard Hallet

Le vrai dialogue a du bon, affirme Medea, et les jeunes ont démontré à Rome qu’il est possible au sein de l’Eglise. La Bâloise de 23 ans est moins critique que ses deux compatriotes. Si l’Eglise doit se rapprocher des jeunes, les accompagner et les soutenir, ils doivent en retour contribuer à sa croissance et ne pas la déserter.

Une chance pour l’Eglise, un défi pour les évêques

Les trois Suisses voient dans ce pré-synode une grande chance pour l’Eglise et dans le même temps un véritable défi lancé aux évêques qui, selon Medea, “vont devoir écouter les jeunes“. A les entendre, ils ont fait le job. “J’ai dit ce que j’avais à dire, maintenant c’est dans leurs mains“, lance Jonas qui espère, mais sans trop s’enthousiasmer, être entendu par les évêques. Il s’est éloigné de l’Eglise mais ne lui a pas tourné le dos. Il compte suivre l’actualité sur la réunion présynodale et sera très attentif à la réponse que vont donner les évêques à l’issue du synode, en octobre.

L’Eglise dans la bonne direction

Sandro se veut plus optimiste, au moins pour le monde et pour la jeunesse. Il ne voit pas l’Eglise changer du tout au tout sans qu’elle perde son identité mais reconnaît que son regard sur l’institution a évolué. Il se dit admiratif devant la force que les jeunes croyants puisent dans leur foi pour faire le bien.

“L’Eglise va dans la bonne direction et franchit une étape importante“, estiment Medea, Sandro et Jonas. Ce dernier redoute cependant un synode qui ne serait pas suivi d’effets et suggère que l’Eglise se remette plus souvent en question. “Et pas seulement à Rome. Cela doit se faire à l’échelle locale, partout dans le monde. Il faut commencer par la base si l’on veut faire évoluer les choses“.

Le pape François, un homme jeune

Le pape a fait l’unanimité parmi les jeunes qui ont vu plus que le chef de l’Eglise: un homme âgé tenant un discours très jeune. “L’atmosphère a changé quand il est entré dans la salle“ souffle Sandro qui a eu “l’honneur“ de voir le pape. Medea évoque l’ambiance familiale que François a créé par sa proximité avec les 285 participants présents dans la salle du plenum.

Medea Sandro et Jonas, les quelque 300 jeunes présents à Rome et les 15’000 autres participants via les réseaux sociaux viennent de donner une belle opportunité à l’Eglise. Ils disent que c’est une chance. Les évêques devront la saisir en octobre. (cath.ch/bh)

Medea Sarbach, envoyée par la Conférence des évêques suisses, dans son groupe de travail lors du pré-synode des jeunes. | © B. Hallet
Medea Sarbach, envoyée par la Conférence des évêques suisses, dans son groupe de travail lors du pré-synode des jeunes. | © B. Hallet
Sandro Bucher, athée dans son groupe de travail lors du pré-synode des jeunes à Rome. | © B. Hallet
Sandro Bucher, athée dans son groupe de travail lors du pré-synode des jeunes à Rome. | © B. Hallet
Rome le 19 mars 2018. Réunion pré-synodale des jeunes. Première réunion en plenum, début des travaux. | © B. Hallet
Rome le 19 mars 2018. Réunion pré-synodale des jeunes. Première réunion en plenum, début des travaux. | © B. Hallet
Jonas Feldmann, catholique distancié de l'Eglise, participe au pré-synode des jeunes. | © B. Hallet
Jonas Feldmann, catholique distancié de l'Eglise, participe au pré-synode des jeunes. | © B. Hallet

Près de 250 jeunes de 109 pays étaient présents au post-synode | © Aline Jacquier

Le "post-synode" des jeunes, pour faire place à l'action

Le Père Jean-Paul Hernandez enseigne la théologie à la Faculté de Naples et à l'Université grégorienne de Rome | © Raphaël Zbinden

Jean Paul Hernandez: "Il faut déceler la soif de Dieu chez les jeunes"

Actualités ›