Paraguay: les évêques dénoncent l'assassinat d'un leader indigène devant le Congrès

La Conférence épiscopale du Paraguay a réagi fermement après l’assassinat, le dimanche 24 février 2019, du leader indigène Francisco López. Un groupe d’Indiens Ava Guaraní campe depuis quatre mois dans le centre de la capitale Asunción pour protester contre l’accaparement de leurs terres ancestrales par des planteurs de soja brésiliens.

«Nous regrettons profondément la mort du leader indigène Francisco López, survenue dimanche dernier, sur la Plaza de Armas, dans le centre d’Asunción, à la suite d’une violente attaque perpétrée par des tueurs impitoyables», écrit le secrétariat général de la Conférence des évêques paraguayens (CEP).

Indiens délogés des terres ancestrales

300 indigènes de Takuara’i, dans le district de Corpus Cristi (département de Canindeyú), près de la frontière brésilienne, ont été délogés des terres ancestrales qu’ils cultivaient par des paramilitaires brésiliens, le 28 octobre 2018. Ils ont été attaqués et mitraillés en pleine nuit par des hommes armés qui ont incendié leurs maisons, leur école et même leur petite église. Des indigènes ont été blessés par balles. Le millier d’hectares de terres qui leur appartenaient sont désormais la propriété de cultivateurs privés brésiliens, qui, selon les Indiens Ava Guaranis, ont été acquises de manière illégale avec la complicité de politiciens locaux.

Dans de nombreuses régions du Paraguay, les paysans chassés de leurs terres s’installent dans des ‘asentamientos’ de fortune | © Jacques Berset

Dans certains cas, les territoires ont un double titre de propriété, dans d’autres la population indigène est devenue locataire de ses propres terres ou a dû s’installer dans des habitats de fortune.

Le Père Francisco de Paula Oliva, un jésuite de 91 ans, qui défend les habitants du Bañado Sur, un quartier déshérité d’Asunción installé sur les rives inondables du Rio Paraguay, s’est joint aux protestataires sur la Plaza de Armas, avec des membres de la Coordination Nationale de la Pastorale Indigène CONAPI.

Les communautés indigènes du Paraguay luttent pour défendre leurs droits face à l’agro-industrie | © Jacques Berset

«Assez de violences et de haine !»

«Assez de violences et de haine ! Arrêtez de tuer vos frères !», peut-on lire dans le  communiqué de la Conférence épiscopale du Paraguay (CEP), qui dénonce la violence qui s’est déchainée contre de la population indigène du Paraguay. La CEP regrette aussi l’absence d’assistance réelle de la part de l’Etat paraguayen pour résoudre «de manière efficace, réelle et définitive» le conflit fondamental, à savoir le manque de terres, qui est la raison des revendications de ces communautés indigènes qui manifestent dans la capitale depuis plusieurs mois.

Père jésuite Francisco de Paula Oliva, Pa’i Oliva, fondateur de Mil Solidarios, dans le Bañado Sur, à Asunción | © Jacques Berset

En tant qu’Eglise, écrivent les évêques paraguayens, «nous sollicitons les autorités et en particulier l’Institut national des indigènes (INDI) afin qu’ils redoublent d’efforts pour protéger nos frères indigènes et en particulier pour répondre à leurs demandes légitimes. Nous ne pouvons pas continuer à pleurer les pertes en vies humaines pour prendre conscience de la situation critique dans laquelle vivent les plus vulnérables et qui devrait faire l’objet d’une attention prioritaire». (cath.ch/cep/be)

Au Paraguay, des communautés indigènes sont spoliées de leurs terres ancestrales | © Jacques Berset
28 février 2019 | 16:51
par Jacques Berset
Partagez!