Barbara Jatta, directrice des Musées du Vatican | © Vatican Media
Vatican
Barbara Jatta, directrice des Musées du Vatican | © Vatican Media

Pour la première fois, le Saint-Siège envoie une femme pour le représenter à l'ONU     

13.03.2019 par I.Media avec Vatican News

Barbara Jatta, directrice des Musées du Vatican, représente le Saint-Siège aux Nations Unies, à la 63e session de la Commission de la condition de la femme de l’ONU. C’est une première, relève le portail Vatican News le 13 mars 2019.

Barbara Jatta, historienne de l’art italienne, est directrice des Musées du Vatican depuis janvier 2017.  Du 11 au 22 mars se tient la 63e session de la Commission de la condition de la femme au siège des Nations Unies à New York. Créée en 1946, cette commission est le principal organe intergouvernemental mondial dédié exclusivement à la promotion de l’égalité entre les sexes. Chaque année, des femmes de tous les pays affluent pour participer à cette session.

Signal important de la présence féminine au Vatican

Cette année et pour la première fois, le Saint-Siège y est représenté par une femme. “Avec ma participation, le Saint-Siège a voulu donner un signal important de la présence féminine au sommet de ses structures”, a confié l’Italienne au micro de Vatican News.

Le 12 mars, Barbara Jatta a notamment participé à la conférence ‘Femmes au pouvoir’, organisée par l’Equatorienne Maria Fernanda Espinosa Garcés, présidente de l’Assemblée générale des Nations Unies, ainsi qu’à une table ronde intitulée ‘Comment les femmes dirigeantes changent le monde ?’.

Revenant sur son parcours pour Vatican News, la directrice a souligné l’évolution de l’intégration des femmes au Vatican ces dernières années. A titre d’exemple, 50% des employés des Musées du Vatican sont désormais des femmes, a-t-elle relevé. Elle a estimé que représenter le Saint-Siège dans une commission sur la condition de la femme permet aussi de témoigner de la doctrine sociale de l’Eglise dans ce domaine.

La société a changé et le Saint-Siège aussi

La doctrine sociale de l’Eglise, a-t-elle estimé, a des réflexions extraordinaires qui sont en train d’être mises en œuvre. “J’en suis un exemple, en tant que femme, épouse, mère mais aussi employée au sein d’une structure du Vatican, où j’ai toujours été respectée, appréciée pour le travail que j’ai accompli, mais aussi pour l’attention que j’ai portée à mon rôle de mère et d’épouse. La société a changé et le Saint-Siège s’est clairement adapté à son époque, avec de nombreuses initiatives en faveur des femmes. Il y a de plus en plus de fonctions que les femmes occupent au sein du Saint-Siège”.

“Le 8 mars, j’étais à l’Université Santa Croce à Rome, avec deux autres femmes, la professeure Gabriella Gambino, sous-secrétaire du Dicastère pour les laïcs, la famille et la vie, et la théologienne Natasa Govekar, directrice du département de théologie pastorale du Secrétariat du Vatican pour les communications. Nous avons toutes apporté notre expérience des femmes dans les organes du Saint-Siège”.

Il y a des exemples positifs qui ont stimulé d’autres nominations de femmes à des postes à responsabilités. Prenant l’exemple des Musées du Vatican ou de son expérience à la Bibliothèque du Vatican, Barbara Jatta souligne que quand elle est arrivée à la Bibliothèque, “nous n’étions que trois femmes. Quand je l’ai quittée, 20 ans plus tard, nous étions la moitié de tous les employés. Les femmes représentent actuellement environ 50 % des quelque mille employés et collaborateurs des Musées du Vatican et beaucoup d’entre elles occupent des postes à responsabilités”. (cath.ch/imedia/vaticannews/be)


La croissance des enfants est une "grande joie" de la famille (Photo:Pixabay.com)

Les gouvernements doivent soutenir la famille, plaide Mgr Auza à l'ONU

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres | © E. Bridiers/ONU/CC BY-ND 2.0

Antonio Guterres met en garde contre "la haine des musulmans" et l'antisémitisme

Actualités ›