Dossier

Siviriez: Marguerite Bays au cœur

3

Près de 200 personnes ont visionné en direct sur grand écran, dimanche 13 octobre 2019 dans l’église de Siviriez (FR), la messe de canonisation de Marguerite Bays à Rome. Impressions de quelques fidèles émus et enthousiastes.

En cette belle matinée d’automne, une douce lumière éclaire le buste blanc de Marguerite Bays, dans l’église de Siviriez. Juste au-dessus, un écran grand format diffuse les programmes de RTS2, qui retransmet en direct la cérémonie de Rome. La séance, organisée par la paroisse de Siviriez, offre la possibilité à tous de s’associer aux 400 pèlerins suisses qui ont fait le voyage à Rome. En attendant le début de la célébration, les fidèles récitent des prières.

Parmi eux se trouve Marie-Louise. Elle est venue de Fribourg en transports publics, avec son déambulateur, plus d’une heure à l’avance, pour ne rien manquer de la retransmission.

Marie-Louise | © Raphaël Zbinden

Car Marguerite Bays est tout sauf une inconnue pour la native de Siviriez. Elle est en effet la grande-tante de Virginie Baudois, sauvée en 1998 par l’intercession de Marguerite. Sa petite-nièce avait été retrouvée miraculeusement indemne après être passée sous les roues d’un tracteur quand elle n’avait que 22 mois. L’authentification de ce second miracle avait ouvert la voie vers la canonisation de la couturière de la Pierra.

Marie-Louise est donc principalement revenue en ce dimanche 13 octobre dans son village d’enfance pour remercier Marguerite de ce miracle et pour l’avoir accompagnée tout au long de sa vie. «Mon enfance a été imprégnée de sa présence», souligne la dame âgée. Pour elle, la sainteté de «la Goton» n’a jamais fait aucun doute. «Elle mérite tout à fait d’être sainte, elle a fait tellement de bien autour d’elle. Elle s’est occupée des petits, des faibles, des enfants, de ceux que personne ne voyait ni n’entendait».

Geneviève | © Raphaël Zbinden

L’émotion est plus palpable, dans l’église de Siviriez, à mesure que le début de la cérémonie approche. Dans le canton de Fribourg, Marguerite Bays fait partie de la vie de nombreuses personnes.

A l’évocation de la nouvelle sainte, Geneviève ne peut empêcher ses larmes de couler. C’est que Marguerite est pleinement liée à son histoire personnelle. «J’ai pris l’habitude d’attribuer un saint pour chaque proche décédé, explique-t-elle. Et pour ma mère, c’est Marguerite Bays». Pour la résidente de Fribourg, Marguerite a toujours été sainte «justement parce qu’elle n’a rien fait. Je veux dire rien d’extraordinaire. Elle faisait le bien surtout à l’intérieur de sa famille. Pour moi, elle peut être une aide spirituelle précieuse dans toutes les familles qui font face à des drames, et il y en a beaucoup».

Mais le soleil de Marguerite a rayonné bien au-delà de la Glâne. Les Valaisans Danielle et Gérard sont venus en «pèlerinage» en famille dans la région. Pour être au cœur de l’événement, ils ont choisi de loger quelques jours au couvent proche de la Fille-Dieu. Un lieu où Marguerite allait fréquemment se recueillir. En cette matinée du 13 octobre, ils ont fait le chemin à pied, de l’abbaye jusqu’à l’église de Siviriez, suivant un itinéraire maintes fois emprunté par la couturière.

Danielle et Gérard | © Raphaël Zbinden

«Dans notre famille, nous avons tous Marguerite Bays dans le cœur, assure Danielle. Elle nous inspire notamment dans l’éducation de nos enfants. Parce qu’elle avait un charisme spécial dans ce domaine».

Francisca, originaire du Cap-Vert, a également «adopté» la désormais sainte lorsqu’elle est arrivée à Fribourg. Elle a été très touchée par son histoire et vient tous les 27 de chaque mois à Siviriez pour lui rendre hommage. Tous les 27 du mois a en effet lieu, dans l’église du village glânois, diverses cérémonies spéciales en l’honneur de Marguerite Bays. La date se réfère au jour de sa mort, le 27 juin 1879.

«Je l’aime pour les bienfaits qu’elle prodiguait autour d’elle et les miracles accomplis par son intercession», affirme Francisca.

Francisca | © Raphaël Zbinden

Pour Roselyne et Michel, de Fribourg, Marguerite Bays «fait partie intégrante de la famille». Le fait qu’elle ait fait «le don total d’elle-même» touche particulièrement le couple de Fribourg. «Elle s’est oubliée pour les autres et c’est un bel exemple de sainteté», commente Roselyne.

A la sortie de la messe, les visages sont satisfaits et tous saluent une belle cérémonie. Certains font valoir la fierté d’avoir une nouvelle sainte suisse et surtout fribourgeoise.

Roselyne et Michel | © Raphaël Zbinden

«Comme le pape l’a indiqué lors de la messe, il s’agit d’une ‘sainteté au quotidien’, commente Roselyne. Un engagement peut-être plus concernant pour nous que d’autres saints qui ont fondé des congrégations ou qui ont donné leur vie en martyrs. Il est plus facile de s’inspirer d’une figure si proche de tout le monde». (cath.ch/rz)

Suite

Lors de la canonisation de la Fribourgeoise Marguerite Bays, dimanche 13 octobre 2019 à Rome, le pape François a loué la «sainteté du quotidien». Sainte Marguerite Bays montre combien est puissante la «prière simple», a lancé le pontife

Articles