Suisse

«Cher Pape François… je voulais vous dire»

Que peuvent bien vouloir dire au pape François Alexandre Jollien, Jean Ziegler, ou encore Anselm Grün? Emmanuel Tagnard leur a posé la question. Dans un livre intitulé «Très Saint-Père. Lettres ouvertes au pape François»,(éditions Salvator), le journaliste de Cath-Info présente une série de lettres écrites par lui-même et des personnalités suisses et internationales, à destination du pontife romain.

«Ces lettres m’ont donné la force de marcher jusqu’à Rome», assure Emmanuel Tagnard. Le responsable des programmes TV de RTSreligion a en effet arpenté, en été 2016, les plus de 1’000 kilomètres de la Via Francigena de Saint-Maurice à Rome, autant avec l’énergie de ses mollets qu’avec celle de sa quête spirituelle. Au bout du chemin, ce livre patchwork d’un style à la fois très personnel et original.

Une marche vers soi-même

Emmanuel Tagnard est un habitué des marches et pèlerinages. L’été est pour lui l’occasion de se consacrer à cette passion. Mais en 2016, le cœur n’y est pas. Le journaliste genevois traverse une période difficile, autant sur le plan familial que professionnel. Il se décide au dernier moment pour la Via Francigena. La perspective de cheminer jusqu’à la Ville Sainte lui paraît un noble but et un efficace moyen de faire le point sur ses doutes et interrogations. «Mais en marchant vers Rome, je ne voulais pas aller vers quelque chose, plutôt vers quelqu’un», souligne-t-il. Il décide ainsi d’écrire au pape François, de se confier à lui, «comme à un ami». Chemin faisant, il découvre une écriture qui reflète son nouvel état intérieur. «La marche nous donne une verticalité. On retrouve une authenticité avec soi-même, avec les autres, avec le monde. C’est un aspect qui, je pense, a transparu dans mes lettres».

De multiples rencontres ont émaillé le chemin sur la Via Francigena | © Emmanuel Tagnard

Il rédigera sur le chemin 18 lettres, au gré de ses pensées du jour, alimentées par les paysages, les rencontres, l’actualité du monde. Et les envoie au pape François, Cité du Vatican.

Pèlerinage épistolaire

A son retour, il a la surprise de trouver chez lui une chaleureuse réponse du Vatican. Il montre également les lettres à son ami, l’écrivain et essayiste français Jean-Claude Guillebaud. Ce dernier les trouve formidables et encourage Emmanuel à en faire un livre.

Mais les 18 missives ne constituent pas une base suffisante pour un ouvrage. Le journaliste suisse a alors l’idée de donner une dimension supplémentaire à sa démarche. Il «part en chasse» pour dénicher des personnalités susceptibles d’enrichir son «pèlerinage épistolaire». En deux ans, il sollicite plus de 50 de ses contacts ou connaissances pour leur demander d’écrire leur propre lettre au pape François. «J’ai été touché par la confiance que certains m’ont faite. Beaucoup ont dit oui spontanément. J’ai dû faire quelques efforts pour en convaincre d’autres», explique Emmanuel Tagnard.

Pensées et suggestions

Il obtient finalement 18 textes de personnalités suisses ou étrangères d’horizons très divers, écrites sur une thématique correspondant à l’une de ses lettres. On trouve ainsi les réflexions du moine bénédictin allemand Anselm Grün sur le pèlerinage, les pensées du philosophe suisse Alexandre Jollien sur le «je-m’en-foutisme», une méditation du peintre français Arcabas sur les anges, ou encore les propos avisés du sociologue genevois Jean Ziegler sur le crime organisé.

La Via Francigena parcourt en totalité près de 1700 km, de Cantorbéry à Rome | © Emmanuel Tagnard

Toute une variété de regards, économiques, politiques, spirituels, philosophiques, qui sont «autant de sésames vers la pensée du pape François», relève Emmanuel Tagnard. Car les thématiques soulevées dans l’ouvrage correspondent aux principales préoccupations du pontife argentin. Le texte contient également des pistes de réflexion proposées au pape François. De la part notamment du photographe suisse Jean Revillard, qui a côtoyé pendant de nombreuses années les «oubliés» de la terre, en particulier les migrants. Il suggère au pape d’influencer les instances financières internationales pour que les populations des pays pauvres puissent accéder au système financier international.

Période de «digestion»

Des témoignages que le pontife n’a certainement pas tous consultés. Mais Emmanuel Tagnard sait que le pape a lu au moins une de ses lettres. Il lui a bien sûr envoyé son livre mais ne peut pas savoir si le pontife l’a eu entre les mains. S’il a certes envie de se lancer dans d’autres aventures littéraires, il doit d’abord «digérer» la dernière. Il espère que l’authenticité de son ouvrage «déverrouille» quelque chose chez ses lecteurs, et leur donne, à eux aussi, l’envie de se mettre en route. (cath.ch/rz)

 

 

Le journaliste de Cath-Info Emmanuel Tagnard a écrit 18 lettres au pape François | © Bernard Hallet
25 mai 2018 | 00:15
par Raphaël Zbinden
Partagez!