Musulmans et juifs ne mangent pas de porc. En Suisse, le respect de ce précepte divin est parfois compliqué, mais pas impossible (Photo: pixabay)
Suisse
Musulmans et juifs ne mangent pas de porc. En Suisse, le respect de ce précepte divin est parfois compliqué, mais pas impossible (Photo: pixabay)

L'interdiction ancestrale de la viande de porc

15.08.2017 par Regula Pfeifer (traduction et adaptation: Pierre Pistoletti)

Musulmans et juifs ne mangent pas de porc. Les raisons de cette interdiction varient. Mais, en sol helvétique, la réalité à laquelle se confrontent ces deux communautés religieuses complique l’observation de ce commandement. Sans pour autant la compromettre.

“Les musulmans ne mangent pas de porc parce que le Coran l’interdit à cinq reprises”, explique Önder Günes, porte-parole de la Fédération d’organisations islamiques de Suisse (FOIS). Le verset 173 de la sourate 2 est particulièrement clair à ce sujet: “Certes, il vous est interdit la chair d’une bête morte, le sang, la viande de porc et ce sur quoi on a invoqué un autre qu’Allah”.

Chacun selon sa conscience

Une interdiction utile, selon Önder Günes, et pas seulement pour des raisons religieuses. “Nous savons aujourd’hui que le porc représente un risque pour la santé plus élevé que d’autres type de viande”, affirme-t-il.

Selon lui, la grande majorité des musulmans se conforment à cette disposition du Coran. “Mais personne ne vérifie. Chacun est appelé à agir selon sa conscience”, ajoute Önder Günes, qui précise que les alternatives à la viande de porc sont nombreuses en Suisse – des alternatives “halal”, “autorisées”.

Une pratique facilitée par l’étiquetage précis des produits en Suisse qui indiquent clairement quels aliments contiennent des dérivés de viande de porc. “De plus, on ne doit pas se sentir gênés de demander, dans les restaurants, si la nourriture contient du porc, précise le porte-parole de la FOIS. D’autant que souvent, en Suisse, du lard ou du jambon sont ajoutés sans préavis dans certains plats”.

Selon Önder Günes, le fait que la majorité des Suisses mangent du porc ne gêne pas les musulmans. “Nous pouvons bien nous accommoder de la situation et ne devons rejeter personne pour ce motif”.

Une prescription qui remonte au déluge

“Pour nous, il n’en va pas seulement de l’interdiction de la viande de porc, explique de son côté Ruth Gellis, cheffe de projet pour le dialogue interreligieux de l’Israelitische Cultusgemeinde de Zurich (ICZ), communauté religieuse reconnue par le canton depuis 2007. “Les lois alimentaires du judaïsme prescrivent plus largement ce qui peut être mangé ou non”. Les règles divines quant à la consommation de viande auraient été promulguées après le déluge, au moment où les hommes ont commencé à manger de la viande.

Dieu permet ainsi de manger “tout animal qui a la corne divisée et le pied fourchu, et qui rumine” (Lv 11, 3). Or, le porc ne rumine pas. Impossible donc de le manger. Pour Ruth Gellis, impossible de dire combien de juifs se conforment à ce commandement. “Les juifs ultra-orthodoxes et les orthodoxes modérés y adhèrent”, explique-t-elle, en précisant que le respect des prescriptions alimentaires implique de ne manger que dans des restaurants casher.

Les juifs les plus modérés ne se soucient pas de ces exigences, ajoute Ruth Gellis qui insiste sur la variété des comportements. “Certains juifs, qui ne mangent pas habituellement casher, se passent de porc pour la seule raison qu’un cochon se vautre dans la boue. D’autres encore, mangent casher seulement à la maison, mais pas à l’extérieur”.

Dans le judaïsme, l’abattage de l’animal est lui aussi régi par des préceptes divins. “L’abattage rituel [l’égorgement d’animaux sans étourdissement préalable] est interdit en Suisse depuis la fin du XIXe siècle. Nous devons donc importer notre viande”. La Fédération suisse des communautés israélites a essayé, à plusieurs reprises, de lancer des initiatives visant à lever l’interdiction. Sans succès, regrette Ruth Gellis, qui y voit tout-de-même un avantage: “A cause de ces difficultés, nous mangeons moins de viande”. (cath.ch/rp/pp)


[Série d’été] Animaux et religion

De tout temps l’animal a eu une place importante dans la vie des hommes, comme source de nourriture, force de travail, gardien ou compagnon. Toutes les religions lui accordent une place singulière. Les rapports entre la divinité, l’homme et l’animal sont souvent complexes parfois conflictuels. cath.ch, en collaboration avec kath.ch, vous propose durant tout l’été une série d’enquêtes et de reportages sur le thème ‘animaux et religions’. Cette petite balade hebdomadaire vous conduira des sacrifices d’animaux de la Bible aux véganes, en passant par les cimetières d’animaux.


Les articles de la série


Antispécisme: vouloir l’égalité entre homme et animal, une démarche religieuse?


Frère Adam, faiseur de reines


L’interdiction ancestrale de la viande porc


Des animaux et des évangélistes


“Un serpent n’est ni méchant ni rusé”


Les animaux de Sankt-Urban: des moutons aux coquilles Saint-Jacques


Eucharistein: des animaux pour renouer avec le réel


Au Grand-Saint-Bernard, les animaux rappellent la beauté de la Création


Médor en route vers le paradis


Abbé Christian Meyer: “J’espère retrouver mes perroquets au paradis”

Actualités ›