Dossier

Viviane Gay-des-Combes: «Catholique, j’avance à contre-courant»

3

Responsable d’une vingtaine de servants de messe à Martigny (VS), Viviane Gay-des-Combes, 25 ans, est résolument engagée en Eglise. Dans le service, mais aussi dans ses convictions: face aux turpitudes de l’institution, elle défend l’église avec un petit ‘é’, celle de sa paroisse et de sa communauté, bien vivantes et loin d’une image sclérosée que véhiculent la société et les médias.

«En tant que catholique, j’avance un peu à contre-courant dans la société. Certaines de mes amies ne comprennent pas qu’en dehors des cours et de mon travail, je consacre encore du temps à l’Eglise». La voix est posée et le regard franc. Viviane Gay-des-Combes est, entre autres engagements, responsable des 23 servants de messe de sa paroisse, à Martigny-Ville.

«Je voulais m’occuper de jeunes. Depuis toujours. Peut-être les gènes… c’était le premier métier de ma maman». Ce qu’elle pensait d’ailleurs être sa vocation professionnelle. Mais ses études d’éducatrice de la petite enfance ont tourné court et lui ont laissé un souvenir douloureux. Elle se rattrape largement à la paroisse.

Quelques heures par semaine

La jeune femme consacre en effet plusieurs heures par semaine à la ribambelle remuante de 7 à 14 ans. Tenir le planning, s’assurer de leur présence à la sacristie. «Parfois ils oublient, d’autant que les parents ne les suivent pas forcément dans cette activité». Elle organise la rencontre mensuelle autour d’un pique-nique, d’une sortie à vélo, avec les animations, ou encore la préparation de biscuits pour les personnes âgées. Elle peut compter sur le chanoine Jean-Pascal Genoux qui l’épaule. Et il y a le camp d’été annuel. «Avec des parents qui participent».

«Donner du temps pour les autres, c’est ma vie».

Avant même qu’on l’évoque, elle parle du confinement du printemps qui fut «brutal et que j’ai très mal vécu. Je n’avais plus rien à quoi me raccrocher». La jeune Valaisanne garde un souvenir amer de l’agenda vide. «Donner du temps pour les autres, c’est ma vie».

Stoppée net dans sa course à servir les autres, elle s’est trouvée livrée à une introspection forcée. «Je me suis trouvée face à moi-même, ce qui ne fut pas facile, car je me mets souvent de côté». Elle en est sortie grandie et rafermie dans sa vocation à s’occuper des jeunes. «Ils m’ont tellement manqué!»

La première communion à 7 ans

A 25 ans, il lui arrive encore de servir la messe. «Quand un jeune se retrouve tout seul, je donne un coup de main». Le service à l’autel fut sa première vocation. Un engagement même prématuré puisqu’elle a fait sa première communion à 7 ans, pour être servante de messe. «Je ne pouvais pas rester sans rien faire à la messe».

Viviane a grandi dans une ambiance familiale croyante et pratiquante. Elle a suivi sa scolarité à Martigny, au rythme des aller-retours entre «le bas et le col de la Forclaz», où sa maman tenait le «Drapeau suisse», un restaurant de spécialités valaisannes. Viviane garde quelques vagues souvenirs de la salle au-dessus de laquelle elle a habité jusqu’à l’âge de 7 ans. La famille s’est ensuite installée à Martigny.

Entre une grande sœur et un petit frère, elle est la plus engagée de la fratrie. Presque trop, reconnaît-elle. Elle a renoncé à s’occuper des scouts sous la pression familiale.

«Je ne me vois pourtant pas vivre autrement. Mon engagement n’est plus compris». Par les gens qui s’étonnent du temps qu’elle donne à l’Eglise alors qu’elle est si jeune. Par les jeunes de l’école – où elle suit une formation en vue d’un CFC d’assistante en pharmacie -, surpris: «ça existe encore?». Par ses collègues partagés entre incompréhension et admiration, «T’es courageuse!», quand elle défend l’Eglise dans les discussions.

«L’Eglise suscite toujours de l’intérêt»

Elle regrette parfois son manque de bagage théologique et historique pour répondre aux arguties sur «le mariage des prêtres qui éviterait la pédophilie» ou sur le pape favorable aux unions de personnes de même sexe et les affaires que les médias passent, selon elle, trop de temps à ressasser. «Les discussions où je ne me fais pas démonter sont rares, mais je n’ai pas peur de prendre des coups». La jeune Valaisanne monte volontiers au créneau dans les discussions, mais paradoxalement ne s’affiche pas fièrement en tant que chrétienne. «Je ne cherche pas à évangéliser, mais je réponds toujours aux questions qu’on me pose. Malgré tout ce qui s’y passe, l’Eglise suscite toujours de l’intérêt».

Fin octobre 2016, Viviane , à droite en tête du groupe, était avec les jeunes à Assise, de retour du pèlerinage de la Miséricorde à Rome | © Bernard Hallet

Elle l’a d’ailleurs souvent expérimenté. Comme avec le food-truck que des jeunes Valaisans ont construit pour aller à la rencontre des gens, leur parler du Christ. «C’est toujours plus facile de témoigner dans ce contexte». Sans théologie, elle parle de sa foi, de son engagement. «Ce sont les plus belles discussions que j’ai eues. De vraies rencontres! Car je n’étais pas là pour convertir ou convaincre. Je témoignais». D’abord goguenards, ses interlocuteurs sont souvent repartis touchés.

L’église avec un petit «e»

Lucide, la jeune femme ne nie pas les scandales qui minent l’institution, cette Eglise «avec un grand E», qu’elle distingue justement de son église, celle de la communauté, de la paroisse et de tous ceux qui se mettent en mouvement pour la faire évoluer. «Il faut aussi casser l’image d’une église de la messe du dimanche matin, triste et ringarde avec des petits vieux». 

«Notre génération n’est plus dans le traditionnel, ni le rituel.»

La messe dominicale n’est pas son obsession. «J’y vais une fois par semaine, peu importe le jour. Et toute activité avec des jeunes ne doit pas forcément se terminer par une messe. Notre génération n›est plus dans le traditionnel, ni le rituel. Des amies forcées d’aller à la messe quand elles étaient jeunes ne veulent plus mettre les pieds dans une église. Ca ne doit pas être ça l’Eglise!». Les échanges et le temps vécu avec ses servants de messe sont à ses yeux au moins aussi importants que d’aller à la messe.

Viviane vivifie sa foi aussi dans des rencontres avec les jeunes du groupe valaisan des DJP (Des jeunes qui prient), emmené par l’abbé Jean-François Luisier, le curé de Savièse (VS). Un groupe auquel elle a adhéré dans la foulée de sa participation aux JMJ de Madrid, en 2011.

«Pas la peine d’être hyper-catho»

Elle évoque les soirées de rencontre où l’on peut inviter des amis restés sur le parvis de l’Eglise. «Pas la peine d’être hyper-catho pour participer. On peut venir échanger sans crainte d’être jugé». Il y a aussi les journées «Fun et Foi»: ski, messe et raclette et l’incontournable «Nuit OpenSky de Fully» (VS) qui rassemble une fois par an des centaines de jeunes de tous les diocèses romands. Elle ne manque jamais la retraite spirituelle consacrée à la prière. «Cette année nous devons aller à l’abbaye d’Hauterive (FR), mais avec la deuxième vague de la pandémie, je ne sais pas si ce sera possible».

Le service comme elle l’entend ne se limite pas à des rencontres. Viviane s’est inscrite pour servir au bar du «Verso l’alto» – le restaurant de la Maison de la diaconie, située à Sion – le vendredi soir. L’occasion de donner un coup de main pour servir dans un lieu où les jeunes de tous horizons pourraient se rencontrer. Un projet pour l’instant contrarié par la fermeture des cafés et restaurants qu’ont décrétée les autorités valaisannes le 4 novembre.

Cette deuxième vague oblige à se réadapter aux mesures sanitaires mais permet de découvrir une autre forme d’église. «Avec ces messes à 10 personnes maximum, on retrouve le temps des premiers apôtres. Bon… cela dit, il faut que je trouve un moyen d’intégrer mes jeunes à ces célébrations». Pas question, cette fois-ci, de déprimer ni de rester à la maison. «Je le dis à mes amies: profitez de votre jeunesse, ne restez pas à la maison à regarder vos séries télé comme des petits vieux!» (cath.ch/bh)

Suite
Viviane Gay-des-Combes est engagée à la paroisse de Martigny-Ville | © Bernard Hallet

Cath.ch est allé à la rencontre de jeunes romands engagés en Eglise. Qu'y font-ils ? Comment vivent-ils cet engagement en regard de la société ? Comment voient-ils l'Eglise ? Portraits tout en nuance ce ces jeunes qui feront l'Eglise de demain.

Articles