Lausanne le 12 février 2020. Jacques Nuoffer écoute Mgr Charles Morerod, évêque de Lausanne, Genève et Fribourg  | © Bernard Hallet
Dossier

Enquête sur les abus sexuels: entre attentes et frustrations

13

Pour les victimes d’abus sexuels commis dans le cadre de l’Eglise en Suisse, l’annonce d’un étude nationale suscite des sentiments mitigés. Soulagement d’avoir une vision plus globale du phénomène, mais profonde frustration de ne pas y être associées directement. Jacques Nuoffer, président du groupe SAPEC s’en explique à cath.ch.

Du côté de l’Eglise et des évêques suisses, la reconnaissance des abus sexuels sur mineurs a été assez rapide et la question de l’indemnisation des victimes a été traitée, reconnaît Jacques Nuoffer président du groupe SAPEC (Soutien aux personnes abusées dans une relation d’autorité religieuse). La recherche par contre a traîné les pieds. Même si des études ponctuelles ont été réalisées, il manque une vue d’ensemble.

«Le refus de nous inclure est un non-sens»  

Face au projet d’étude présenté le 6 décembre 2021 par la Conférence des évêques suisses, (CES) l’Union des supérieurs majeurs et la Conférence centrale catholique romaine (RKZ), Jacques Nuoffer dénonce deux lacunes principales: «La définition du projet s’est faite dans un «entre-soi» du magistère de l’Eglise catholique, sans consultation des premières intéresssées, les victimes. Le refus de nous inclure, est un non-sens.

«Si la CIASE a fait en France un si bon travail, c’est parce qu’elle a permis à des chercheurs de disciplines très différentes de travailler ensemble.»

En sciences humaines, on reconnaît aujourd’hui les principaux intéressés comme des acteurs réels dans l’élaboration des méthodes, du cadre et des contenus des recherches.» La deuxième est que le projet piloté à l’Université de Zurich n’intègre pas dans son équipe de base au moins un chercheur académique de Suisse latine. Pour Jacques Nuoffer, «ce refus et cette absence sont indignes d’une étude que l’on attend depuis plus de dix ans».

La plaque érigée à la mémoire des victimes d’abus sexuels dans l’Eglise, àla cathédrale St-Nicolas de Fribourg | © Maurice Page

Pour une démarche pluridisciplinaire

Face à cette situation , le groupe SAPEC présente plusieurs revendications. S’il ne remet pas en cause le fait que l’étude soit pilotée par des historiennes, Jacques Nuoffer insiste pour qu’elle soit menée de manière pluridisciplinaire dans les champs de la psychologie, de la psychiatrie, de la sociologie, de la criminologie, de l’histoire, du droit, de la théologie, etc. «Si la CIASE a fait en France un si bon travail, c’est parce qu’elle a permis à des chercheurs de disciplines très différentes de travailler ensemble.»

Dans le même ordre d’idée, le président de la SAPEC souhaite que la commission «soit présidée par une véritable personnalité suisse, une figure rassembleuse de haute valeur morale.»

«Le dossier de mon prêtre abuseur était un véritable ‘chenit’»

Pas d’espoirs disproportionnés

Jacques Nuoffer évoque aussi le risque de mettre trop d’espoir dans cette étude. «Cela permet d’éclairer certains aspects, mais cela ne résoud pas grand chose». Il n’en attend rien de bien nouveau que les recherches antérieures n’auraient pas révélées: sacralisation du prêtre, aspect systémique, rôle de la confession, pouvoirs de l’évêque, déplacements au lieu de sanctions etc.

La nouveauté viendra d’un état de la situation plus complet et global. Dans ce sens, une étude ›en population générale’ telle que l’a commandée la Ciase devrait aussi être faite.

Jacques Nuoffer, citant son propre cas, met en garde aussi contre les attentes disproportionnés sur les recherches d’archives dans les diocèses ou les congrégations religieuses. «Le dossier de mon prêtre abuseur était un véritable ›chenit’ avec en fin de compte peu de renseignements précis.» De même, le dossier obtenu après moultes démarches auprès des supérieurs généraux des Missionnaires de Saint François de Sales à Rome, était à peine plus explicite contenant essentiellement des lettres échangées entre divers responsables religieux».    

Le défi de la communication

La communication est également un élément décisif pour le président du groupe SAPEC: «Nous demandons que la commission mise en place communique régulièrement par la publication du nom des chercheurs et leurs spécialités, les thèmes étudiés et les méthodes utilisées». A priori cependant, selon l’annonce des mandataires, rien ne devrait être publié avant le rapport final. (cath.ch/mp)   

L’institut Marini à Montet – Broye, 1954 (Photo: Bibliothèque cantonale Fribourg)

Quelques études antérieures
L’étude commandée par l’Eglise Suisse vient compléter diverses recherches ponctuelles parues antérieurement. On peut retenir entre autres:
En 2013-2014, le groupe SAPEC a publié un Mémoire  sur les Abus sexuels au sein de l’Église catholique en Suisse et dans le monde contenant de nombreux témoignages et analyse sur les abus en Suisse romande.
Commandée en 2015 par Mgr Charles Morerod, le rapport sur les abus sexuels au sein de l’Institut Marini, à Montet, dans la Broye fribourgeoise a été une étape importante dans la recherche sur le sujet. Rédigé par deux historiennes et un sociologue, il a été synthétisé sous forme  de livre en 2018: Les murs du silence abus sexuels et maltraitance des enfants placés à l’Institut Marini (Editions Alphil).
Le cas du capucin pédophile Joël Allaz a également fait l’objet d’une enquête indépendante publiée en 2018. En 2016, le témoignage de Daniel Pittet, (Mon Père, je vous pardonne) victime du capucin a jeté une lumière crue sur la réalité des abus sexuels.
En Suisse alémanique, en 2013, les soeurs d’Ingenbohl ont commandé une étude sur les abus commis dans les instituts tenus par leur congrégation.
En 2014, un rapport d’historiens a dénoncé les abus au collège des bénédictins de Fischingen, en Thurgovie.
Parmi les très nombreux reportages médiatiques, on peut signaler l’enquête de Pierre Pistoletti, journaliste de cath.ch «Lorsque le berger est un loup» publié en 2017. MP

Suite
Lausanne le 12 février 2020. Jacques Nuoffer écoute Mgr Charles Morerod, évêque de Lausanne, Genève et Fribourg | © Bernard Hallet

L'Église de France ébranlée par le rapport Sauvé
Le rapport de la Commission indépendante sur les abus sexuels (Ciase) présidée par Jean-Marc Sauvé, a été publié le 5 octobre 2021, après un peu moins de trois ans d’enquête. Les chiffres font état de 3'000 prêtres ou religieux abuseurs qui auraient fait plus de 300'000 victimes en 70 ans. Les évêques disent «leur honte» et leur détermination à mettre en œuvre les orientations et les décisions nécessaires «afin qu’un tel scandale ne puisse se reproduire».

Articles